Inscription Aller à: [ recherche ] [ menus ] [ contenu ] [ montrer/cacher plus de contenu ]



« Match Point » de Woody Allen

Match Point

4 étoiles(8.9/10)

Jeune prof de tennis issu d’un milieu modeste, Chris Wilton se fait embaucher dans un club huppé des beaux quartiers de Londres. Il ne tarde pas à sympathiser avec Tom Hewett, un jeune homme de la haute société avec qui il partage sa passion pour l’opéra. Très vite, Chris fréquente régulièrement les Hewett et séduit Chloe, la soeur de Tom. Alors qu’il s’apprête à l’épouser et qu’il voit sa situation sociale se métamorphoser, il fait la connaissance de la ravissante fiancée de Tom, Nola Rice, une jeune Américaine venue tenter sa chance comme comédienne en Angleterre…Woody Allen passe à nouveau derrière la caméra et nous comble une fois de plus en signant un film d’une très grande valeur; un long-mètrage unique et exceptionnel. Toujours avec une simplicité impressionnante dans sa réalisation, il parvient à monter le puzzle jusqu’au bouquet final ou tout bascule à même trente secondes du générique. Le film propose trois dimensions : en première partie, la fiancée de Chris est passionnante tout comme Nola, interprêtée par Scarlett Johansson avec beaucoup de talent. En second lieu, Nola est moins mystèrieuse mais toujours autant discréte pour une relation secrète tandis que la femme de Chris devient pesante. Enfin Nola et Chloé, sa femme, enferment toutes les deux l’homme dans une bulle qui va être à l’origine du bouleversement du scénario, qui ne se passe jamais comme on pourrait le penser. C’est un film basé sur l’amour, l’envie mais aussi sur la chance, qui se manifeste symboliquement dans le film mais qui trouve sa place peu à peu. « Match Point » est un film maitrisé, poignant par un réalisateur qui ne cessera donc jamais de nous pondre autant de chefs-d’oeuvres.

Pour en voir un extrait, cliquez ici !

 

.
 

« Donnant, donnant » de Isabelle Mergault

Donnant, Donnant

1 étoiles(4.3/10)

Condamné pour un crime qui n’était, selon lui, qu’un accident, Constant réussit à s’évader de la prison où il purge sa peine…Après une fuite aveugle, livré à tous les hasards, Constant finit par échouer dans un coin perdu, près des berges désertes d’un canal….Se cachant sur une péniche à l’abandon, Constant tente de reprendre son souffle, accalmie de courte durée…Dès l’aube, Sylvia une pétillante jeune femme qui a reconnu l’homme traqué, lui propose un implacable marché : assassiner (puisqu’elle le pense être un tueur professionnel) Jeanne, sa mère adoptive sinon elle le dénonce à la police ! Piégé, Constant ne peut qu’accepter cette périlleuse  » mission « . Mais bien loin de tuer Jeanne, Constant la sauve d’un suicide annoncé. Dès lors un piège plus redoutable encore que celui de la prison se referme sur Constant : celui des sentiments, celui des passions trop longtemps assoupies…Comment Constant va t’il pouvoir se défaire d’une Jeanne tombée folle amoureuse de lui alors qu’il est sous le charme de celle qui le menace ? Jamais 2 sans 3 ? Et bien si, « Je vous trouve très beau » et « Enfin veuve » étaient cohérents, proche de nous etc. « Donnant, donnant » se perd dans un scénario trop structuré et en même temps pas assez maîtrisé, notamment sur la fin, ou l’intrigue met beaucoup de temps à trouver son point final. Là ou il rejoins les deux précédents films de la réalisatrice c’est dans le fait de nous faire voyager à travers des destins, des lieux. Les personnages secondaires sont encore une fois très importants et amènent à des situations très drôles; car tout de même, « Donnant, donnant » se respecte et s’assume en comedie de temps à autres burlesque et fait rire. Mergault soigne plus ses personnages que son film et son scénario mais c’est aussi par là que le succés d’un film s’accomplit, c’est du moins un point de départ important; il faut que le reste suive. En bref, « Donnant, donnant » est une comédie qui plaira si on veut bien y croire et se prendre au jeu, ou ne plaira pas du tout pour tous les autres. Un poil déçevant quand même.

Pour voir la bande annonce, cliquez ici !

.
 

« Vous allez rencontrer un bel et sombre inconnu » de Woody Allen

Vous allez rencontrer un bel et sombre inconnu

2 étoiles (6.2/10)

Tout commence une nuit, lorsqu’Alfie se réveille, paniqué à l’idée qu’il ne lui reste plus que quelques précieuses années à vivre. Cédant à l’appel du démon de midi, il met abruptement fin à quarante années de mariage en abandonnant sa femme Helena. Après une tentative de suicide et une analyse vite arrêtée, celle-ci trouve un réconfort inattendu auprès d’une voyante, Cristal, qui lui prédit une histoire d’amour avec un « grand inconnu tout de noir vêtu »…Il est bon de retrouver notre Woody Allen à chaque fois dans des films signés de la même manière avec une réalisation simple mais qui par son scénario peut en dire des tonnes. Critiqué à Cannes, il est vrai que « Vous allez rencontrer un bel et sombre inconnu » n’est pas à la hauteur d’autres Allen, il manque à celui-ci l’ennivrance de « Vicky Cristina Barcelona », la passion de « Scoop » ou encore le charme de « Match Point ». Cela dit, il reste un cru honorable par un scénario toujours bien rodé, plaisant; emmené par un casting petillant. On reprochera à ce nouveau long-métrage Allenien un manque de folie ou d’originalité. Ce n’est pas une erreur de parcours, il déçoit légèrement en rapport à d’autres qui étaient plus que très bons.

Pour voir la bande annonce, cliquez ici !

.
 

« Tout va bien, the kids are all right » de Lisa Cholodenko

Tout va bien, The Kids Are All Right

1 étoiles(3.9/10)

Maintenant que Joni a l’âge légal pour accéder à leur dossier à la banque du sperme, son frère et elle décident de retrouver le donneur dont ils sont tous deux issus. Papa-donneur est rapidement séduit par les deux adolescents qui frappent à sa porte. Spontanément, ils l’invitent à dîner pour la présentation aux parents : deux mamans qui vivent ensemble depuis 20 ans. Mais l’arrivée d’un papa sexy peut causer beaucoup de dégâts… Pas grand chose ne va malheureusement. Pour mettre en avant le positif on parlera du casting qui est energique et credible dans cette histoire assez differente et moderne de ce qu’on à l’habitude de voir; et ce notamment grâce au bon duo Julianne Moore/Annette Bening en couple homosexuel interprêté très naturellement et avec légerté. Outre le fait de la mise en scéne etc, c’est vraiment le scénario qui planche, l’histoire devient peu à peu perdue au milieu d’éléments peu crédibles pour le coup; on pouvait s’attendre à justement eviter certains clichés ou passages obligés et bien on passe en plein dedans au final. Du coup le film en devient ennuyant bien qu’il y est beaucoup de volonté de la part de la réalisatrice à tenter de mettre en avant le fait que l’homosexualité n’est plus quelque chose de tabou, autre point positif du film, qui en est toute sa justification d’exister. En bref, « Tout va bien! » est une comedie ambitieuse mais qui se perd malheureusement malgré un casting plaisant.

Pour voir la bande annonce, cliquez ici !

.
 

« Vicky Cristina Barcelona » de Woody Allen

Vicky Cristina Barcelona

3 étoiles(7.9/10)

Vicky et Cristina sont d’excellentes amies, avec des visions diamétralement opposées de l’amour : la première est une femme de raison, fiancée à un jeune homme respectable ; la seconde, une créature d’instincts, dénuée d’inhibitions et perpétuellement à la recherche de nouvelles expériences sexuelles et passionnelles. Lorsque Judy et Mark, deux lointains parents de Vicky, offrent de les accueillir pour l’été à Barcelone, les deux amies acceptent avec joie : Vicky pour y consacrer les derniers mois de son célibat à la poursuite d’un master ; Cristina pour goûter un changement de décor et surmonter le traumatisme de sa dernière rupture. Un soir, dans une galerie d’art, Cristina « flashe » pour le peintre Juan Antonio, bel homme à la sensualité provocante. Son intérêt redouble lorsque Judy lui murmure que Juan Antonio entretient une relation si orageuse avec son ex-femme, Maria Elena, qu’ils ont failli s’entre-tuer. Plus tard, au restaurant, Juan Antonio aborde Vicky et Cristina avec une proposition des plus directes : s’envoler avec lui pour Oviedo, consacrer le week-end à explorer les beautés de la ville, à boire du bon vin et à faire l’amour. Vicky est horrifiée ; Cristina, ravie, la persuade de tenter l’aventure…Woody Allen s’envole avec sa caméra pour l’Espagne, pour filmer Barcelone, filmer quatre personnages tous differents et pourtant très attirés les uns envers les autres. On y retrouve Scarlett Johansson que nous avions quittés deux ans plus tôt en journaliste en proie à son scoop; toujours autant irrésistible avec sa meilleure amie à l’écran Rebecca Hall. Un duo déjà rempli de charme auquel s’ajoute la talentueuse Penelope Cruz en femme fatale, depressive, lunatique. Et au milieu d’elles trois, c’est Javier Bardem qui va tout faire chambouler en Dom Juan pour qui la vie ne tient qu’a peu de choses : la peinture, le vin et l’amour. Un été ou chacun va évoluer, apprendre, resister ou succomber à la tentation, voilà le défi de Woody Allen qui ravit une fois de plus ses fans à travers un film rempli de sentiments, de passion, d’envies sous fond d’un Barcelone filmé avec beaucoup de tendresse comme ce fut le cas de Londres pour « Scoop ». En bref, « Vicky Cristina Barcelona » est encore une reussite pour le réalisateur; d’une beauté légère et fraîche par un scénario ennivrant.

Pour voir la bande annonce, cliquez ici !

.
 

« Wall Street : l’argent ne dort jamais » de Oliver Stone

l'argent ne dort jamais

1 étoiles(3.6/10)

Wall Street, New York : en plein krach boursier de 2008, un jeune trader, Jacob Moore, est prêt à tout pour venger son mentor, que d’obscures tractations financières ont poussé au suicide. Il demande de l’aide à Gordon Gekko, le meilleur – et le pire – des gourous de la finance, qui vient de sortir de 20 ans de prison pour délit d’initié. Jacob va apprendre à ses dépens que Gekko reste un maître de la manipulation, et que l’argent ne dort jamais. Et de nouveau un film très attendu cette année qui se révèle être déçevant. Présenté en avant première mondiale à Cannes en Mai 2010, le film avait reçu des critiques très mitigés. En effet, trouvez-moi un interêt, en voyant le long-metrage, de faire une suite au premier « Wall Street ». On ne raconte rien, on se sert de la crise de 2008 en toile de fond pour écrire un pseudo-scénario assez facile et prévisible qui entraîne un desinterêt du spectateur et un ennui immédiat. Même si il y a de la volonté, on voit bien que Michael Douglas, et notamment son personnage plane, comme celui de sa fille et du jeune trader, interprêté par Shia LaBeouf qui sont coincé dans une intrigue qui fait constamment du sur-place. En bref, « Wall Street : l’argent ne dort jamais » est un pretexte ennuyant pour retrouver Michael Douglas, certes pour notre grand plaisir, sur les écrans, dommage.

Pour voir la bande annonce, cliquez ici !

.
 

« Trop loin pour toi » de Nanette Burstein

Trop loin pour toi

2 étoiles (6.1/10)

Erin et Garnett sont très bien ensemble, même quand ils ne le sont pas. Lorsqu’Erin, jeune étudiante en journalisme, part pour San Francisco terminer ses études ; son petit ami Garrett, jeune découvreur de talents musicaux, reste à Manhattan poursuivre ses ambitions dans l’attente d’une promotion qui lui a été promise. Grâce à la connexion d’une webcam et le programme miles « grand voyageur », ils avancent tous deux leurs pions naviguant au travers des pièges et problèmes de communication de leur amour Est-Ouest, évitant les mauvais conseils d’amis et de certains prédateurs célibataires pour qui « je suis pris » n’est pas un obstacle. Mais, lorsque leur attente semble tirer à sa fin, Erin décroche le job de ses rêves en Californie, tandis que la carrière de Garrett s’emballe à New York. Les grandes retrouvailles tant attendues pourraient les séparer pour de bon…à moins que leur amour ne tienne bon. Voilà enfin une comédie americaine drôle, pas naive et très sympathique. Elle montre très bien les étapes de la vie d’un couple, ou on se promet tout d’abord d’être juste amis en sachant que la separation est proche et inévitable, puis on tombe amoureux et on se fait la promesse de tenir bon face à la distance. On arrive ensuite au doute, savoir ce que l’autre fait tout le temps, puis les lassitudes etc. Avec un côté très romantique, servi sur de l’humour frais et parfoit grinçant,  »Trop loin pour toi » réussit à décrire ce que l’amour peut-être de nos jours et en explique les bienfaits comme les conséquences. Drew Barrymore et Justin Long, couple à la ville comme à l’écran ici,  s’en sortent très bien et transmettent leur bonne humeur au-delà du film. En bref, « Trop loin pour toi » est une comédie bien sentie, dynamique, drôle et romantique à voir pour se changer les idées.

Pour voir la bande annonce, cliquez ici !

.
 

« Scoop » de Woody Allen

Scoop

3 étoiles(8.1/10)

L’enquête du célèbre journaliste d’investigation Joe Strombel, consacrée au « Tueur au Tarot » de Londres, tourne court quand il meurt de façon aussi soudaine qu’inexplicable. Mais rien, pas même la mort, ne peut arrêter Joe. A peine arrivé au purgatoire, il décide de transmettre ses toutes dernières informations à la plus charmante des étudiantes en journalisme : Sondra Pransky. De passage à Londres, Sondra entend le fantôme de Joe s’adresser à elle durant un numéro de magie de l’Américain Splendini, alias Sid Waterman. Bouleversée et folle de joie à l’idée d’avoir déniché le scoop du siècle, l’effervescente créature se lance avec Sid dans une enquête échevelée, qui les mène droit au fringant aristocrate et politicien Peter Lyman. Une idylle se noue en dépit de troublants indices semblant désigner le beau Peter comme le « Tueur au Tarot ». Woody Allen, ou comment se renouveller de film en film et arriver à emballer, emerveiller le spectateur à chaque instant avec une telle légerté, simplicité en faisant d’une histoire, une intrigue alléchante et prenante. Un génie vous avez dit? En tout cas, après « Match Point » c’est avec soin qu’il signe un film mélant parfaitement et justement comédie et policier avec un scénario bien mené, une mise en scéne simple pour un résultat hors norme, comme toujours. Du côté du casting, on retrouve une Scarlett Johansson passionée et pétillante, un Hugh Jackman mysterieux et un Woody Allen irrésistible devant la caméra qui ne manque aucune occasion de faire rire, ne serait-ce que par les expressions de son visage ou mieux par des répliques simplement brillantes. « Scoop » se découvre avec beaucoup de plaisir et de curiosité pour un résultat très efficace. Oui, Woody Allen fait parti des génies.

Pour voir la bande annonce, cliquez ici !

.
 

« Le Dernier exorcisme » de Daniel Stamm

Le Dernier exorcisme

0 (2.9/10)

Quand il arrive dans une ferme, le révérend Cotton Marcus s’attend à réaliser un simple exorcisme sur un fanatique religieux troublé. Cependant, il est contacté en dernier recours pour aider une adolescente, Nell, possédée par un démon. En arrivant à la ferme, l’exorciste se rend vite compte que rien n’aurait pu le préparer au mal qu’il va affronter alors qu’il s’apprête à filmer un documentaire avec toute une équipe de tournage. Il est cependant trop tard pour faire marche arrière, les croyances du révérend seront ébranlées quand lui et son équipe devront trouver un moyen de sauver Nell avant qu’il ne soit trop tard pour elle…comme pour eux. Comme « Paranormal Activity », et c’est aussi un élément de promo de ce film (le succés surprise de P.A l’an dernier), et aussi surfant sur le fait qu’il soit inspiré d’histoires vraies, « Le Dernier exorcisme » joue lui aussi sur le suspens; en effet, la tension monte au fur et à mesure du film avant de donner en bouquet final un récit peut-être tremblant mais malheureusement trop inconcevable, et qui fait perdre toute sa crédibilité bien qu’il soit filmé et monté comme un documentaire. Le film peut cependant se reveler interressant à ceux qui veulent sursauter de bons coups et ceux pour qui le sujet plaît.

Pour voir la bande annonce, cliquez ici !

.
 

« Resident Evil : Afterlife 3D » de Paul W.S. Anderson

Afterlife 3D

 1 étoiles(3.8/10)

Dans un monde ravagé par un virus, transformant ses victimes en morts-vivants, Alice continue sa lutte à mort avec Umbrella Corporation. Elle poursuit son voyage à la recherche de survivants et d’un lieu sûr où les mener. Cette quête les mènent à Los Angeles mais ils constatent très vite que la ville est infestée par des milliers de morts-vivants. Alice et ses compagnons (dont un vieil ami inattendu) sont sur le point de tomber dans un piège d’Umbrella. Trois ans après l’extinction et huit ans après le premier épisode, Paul W.S. Anderson passe à nouveau derrière la camera pour « Afterlife » et en 3D s’il vous plait. Même si le scénario reste toujours inchangé et n’offre aucune surprise, tout le film repose sur une technique particulière dans ses scènes d’actions, que l’on appréciera ou qui enervera en en jugeant une utilisation trop excessive : celle du ralenti à la Matrix dans les séquences d’actions. La dynamique du film est comme les autres : des passages très longs avec pas mal de bla-bla sans aucun interêt entres-coupées d’action, certes efficace, mais surtout gratuit. Sans son montage plutôt bien travaillé avec notamment ses effets visuels, « Resident Evil : Afterlife » aurait surement été l’épisode le plus raté de la saga.

Pour voir la bande annonce, cliquez ici !

.
 
1...56789...19

Navigation


news et infos sur la star s... |
>> Twilight |
SPIRALE |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | tous au ciné
| twilightsagaforyou
| twilight l'amour d'une saga!