Inscription Aller à: [ recherche ] [ menus ] [ contenu ] [ montrer/cacher plus de contenu ]



« Potiche » de François Ozon

Potiche

3 étoiles(8.2/10)

En 1977, dans une province de la bourgeoisie française, Suzanne Pujol est l’épouse popote et soumise d’un riche industriel Robert Pujol. Il dirige son usine de parapluies d’une main de fer et s’avère aussi désagréable et despote avec ses ouvriers qu’avec ses enfants et sa femme, qu’il prend pour une potiche. À la suite d’une grève et d’une séquestration de son mari, Suzanne se retrouve à la direction de l’usine et se révèle à la surprise générale une femme de tête et d’action. Mais lorsque Robert rentre d’une cure de repos en pleine forme, tout se complique…Librement adapté de la pièce de « Barillet et Gredy », François Ozon se prend au malin plaisir de réaliser « Potiche », une comédie irresistible et vraie avec nos yeux d’aujourd’hui, ou l’époque est très bien retranscrite en parlant notamment des ouvriers et des grêves pour obtenir une cinquième semaine de congés payés par exemple, le rôle de la femme qui doit se taire, s’occuper de la maison et ne pas broncher, ni travailler; l’homosexualité et les relations amoureuses qui sont des sujets très tabous; bref, à travers des personnages tous très caricaturaux et qui sont finalement tous des « Potiches », un scénario assez incroyable et vraiment très drôle ainsi qu’une mise en scéne très colorée et théâtrale, François Ozon nous comble pendant un peu plus d’une heure trente qui ne sont que du bonheur, que du plaisir à voir cette femme, parfaitement jouée par Catherine Deneuve, qui va s’affirmer peu à peu et va changer les choses. Tous les autres acteurs sont excellents; notamments Judith Godreche en fille à papa, Fabrice Luchini, Depardieu ou encore Karin Viard. En bref, « Potiche » est un film français qui sort carrément de l’ordinaire, placant son histoire à la fin des années 70, qui a une dynamique et rempli de bonheur le spectateur.

Pour voir la bande annonce, cliquez ici !

.
 

« Saw 3D – Chapitre final » de Kevin Greutert

Saw 3D

1 étoiles(3.3/10)

Alors que la bataille fait rage autour de l’héritage terrifiant du Tueur au puzzle, un groupe de survivants s’associe et fait appel à un autre rescapé, Bobby Dagen, une sorte de gourou. En croyant trouver de l’aide, ils vont vivre le pire. Bobby cache d’effroyables secrets. Une vague de terreur sans précédent va surgir… »Saw 3D » ou doit-on dire le septième et dernier (?) chapitre de la saga au fort succés commercial. Il y a six ans sortait le premier du nom qui créa le buzz directement  et empocha pratiquement 55M$ rien qu’aux USA en un mois, ce qui represente environ 45 fois son budget. Alors que le film était très angoissant et froid, une serie de réalisateurs se sont enchaînés, chaque année, à nous pondre chacun une suite, avec toujours des succés publics mais des scénarios assez pitoyables (la seule originalité était de pouvoir se renouveller au niveaux des pièges qui furent tous vraiment très gores et dégoutant). A noter que « Saw 3″ fut interdit aux moins de 18 ans en salles à cause de l’effroyable boucherie (comparé a Saw 2 qui de ce côté fut très décevant) ainsi qu’un côté très psychologique que l’on retrouve pas dans les autres. Certains aiment, d’autres trouveront cette saga vraiment nullissime ou on nous vend vraiment du gore pour nous servir du gore, à croire vraiment que les réalisateurs prirent leur pied en tournant des scènes ou l’on découpe le crane pour aller chercher un objet dans un bout de cervelle ou aller chercher une clef qui se trouve derriere son oeil afin de se liberer d’une machine qui vous coupera la machoire une minute plus tard. Bref, il s’en est suivi « Saw 4″ et « Saw 5″, certainement les moins réussis, ou l’on sentait vraiment qu’on touchait le fond. Puis Kevin Greutert à pris les rennes pour « Saw 6″ ou il s’agissait de prendre en otage pour une partie de jeu des banquiers etc. et ce « Saw 3D » qui a traité de racisme et en prenant au piège un homme, un gourou. En ce qui concerne la partie policière du film, il s’achève correctement, sans grande originalité toutefois. A noter enfin que la 3D est completement inutile (et sert à voir des bouts de chair ou du sang dégoulinés sur nous). En bref, « Saw 3D – Chapitre final » marque la fin d’une saga gore (on peut vraiment le dire) et c’est bien mieux comme ça.

Pour voir la bande annonce, cliquez ici !

.
 

« Prête-moi ta main » de Eric Lartigau

Prête-moi ta main

2 étoiles (6.8/10)

La vie est facile pour Luis, 43 ans, célibataire heureux, épanoui dans son métier, aimé, choyé, couvé par sa mère et ses cinq soeurs. Cela aurait pu durer toute une vie, mais voilà…Lassées de le materner, celles-ci décident qu’il est temps pour lui de se marier. Le plus vite possible ! Cerné par sa famille qui ne pense plus qu’à ça, il élabore un plan : trouver la femme parfaite qui va se faire passer pour sa fiancée et qui va lâchement l’abandonner le jour du mariage. Après ça, plus personne n’osera même prononcer le mot mariage devant lui. Mais comment trouver cette perle rare ? Luis ne voit qu’une solution : la louer ! Et justement, Emma, la soeur de son meilleur ami et collègue, vient d’arriver à Paris et cherche du travail. Ça y est, le plan est en route. Au bout, la liberté pour Luis. Les plans, c’est bien sur le papier. Mais dans la vie, ça peut s’emballer… »Prête-moi ta main » fut une veritable surprise lors de sa sortie en salles en 2006 : il est très dynamique, romantique, drôle et parfois vraiment décallé mais à chaque fois en en  faisant pas trop. Le duo Gainsbourg/Chabat est excellent ainsi que les seconds rôles, qui ont importance toute aussi forte. C’est une comédie familiale bien pensé, qui garde le spectateur jusqu’au bout grâce à des situations vraiment géniales et des répliques tordantes. En bref, « Prête-moi ta main » est un petit bonheur qui donne vraiment la pêche, à voir.

Pour voir la bande annonce, cliquez ici !

.
 

« Le Vilain » de Albert Dupontel

Le Vilain

3 étoiles(7.2/10)

Un braqueur de banques, le Vilain, revient après 20 ans d’absence se cacher chez sa mère Maniette. Elle est naïve et bigote, c’est la planque parfaite. Mais celle-ci découvre à cette occasion la vraie nature de son fils et décide de le remettre dans le  » droit chemin « . S’ensuit un duel aussi burlesque qu’impitoyable entre mère et fils. Après le très bon et très décalé « Enfermés dehors », Albert Dupontel continue dans sa lignée avec une nouvelle comédie (et on peut le dire!) à prendre au troisième degré. L’affiche le montre, le synopsis aussi : Un méchant bonhomme d’une quarantaine d’années revient chez sa maman pour se cacher et va tenter par la même occasion de la tuer de multiples manières; cette bonne femme qui a un gros problème : il peut lui arriver n’importe quoi, elle ne meurt jamais. Albert Dupontel et Catherine Frot sont tout simplement excellent, la mise en scéne de même et le scénario enchaîne les situations cocasses, des répliques à se tordre de rire si toutefois on arrive à entrer dans le film assez décalé. En bref, « Le Vilain » est une excellente comédie, très originale et vraiment efficace, le genre de film qui fait incroyablement de bien.

Pour voir la bande annonce, cliquez ici !

.
 

« Disco » de Fabien Onteniente

Disco

1 étoiles(3.8/10)

Endetté jusqu’au cou dans une affaire de water bed, Didier Travolta, 40 ans, vit au Havre dans le quartier populaire du Grand Large chez sa maman : Madame Graindorge. Il reçoit une lettre de la mère de son fils Brian, 8 ans, qui vit en Angleterre, lui signifiant qu’il ne pourra pas recevoir le petit cette année s’il n’est pas capable de lui payer des vacances, des vraies vacances, c’est à dire loin des Docks, des PMU et des grandes surfaces. Jean-François Jackson et son associée « La Baronne » viennent de réouvrir le mythique Gin Fizz et de fonder la « Gin Fizz Academy » afin de relancer ce qui fit sa légende, les concours de danse Disco. Le premier prix : un voyage de deux semaines pour deux personnes en Australie, au pays des kangourous. Didier Travolta décide alors de rechausser les boots et de reformer son trio de danse, celui qui faisait mal dans les années 80 dans la région du Havre : les BEE KINGS. Après avoir retrouvé et décidé ses anciens partenaires, Neuneuil, vendeur chez Darty et Walter, grutier-docker syndicaliste, de reprendre pour la bonne cause le chemin du Dance Floor, Didier Travolta se lance à fond dans l’aventure. Mais les années ont passé. Les BEE KINGS sont rouillés. Son passeport pour le succès s’appelle France Navarre de retour de New York, professeur de danse classique. Après le succés populaire du premier volet de « Camping », Fabien Onteniente garde Franck Dubosc dans sa poche pour une nouvelle comédie qui a le merite d’être dans le ridicule, mais à fond. En gardant un personnage aussi beauf que Patrick Chirac ainsi qu’un scénario assez lourd et beaucoup trop tiré par les cheveux et de ce fait peu crédible voire pas du tout, Fabien a tenté de retenter la recette qui a bien fonctionner deux ans auparavant. Et résultat des courses, « Disco » est un film assez ennuyeux, trop caricatural et un peu ringard et qui porte un message assez bidon.

Pour voir la bande annonce, cliquez ici !

.
 

« Il reste du jambon? » de Anne depetrini

Il reste du jambon ?

1 étoiles(4.2/10)

Lorsque Justine Lacroix, charmante journaliste télé cantonnée à la rubrique « chiens écrasés » rencontre un séduisant chirurgien urgentiste, c’est tout de suite le coup de foudre…Et le début d’une grande histoire d’amour. La jolie blonde parisienne et le grand brun de Nanterre deviennent vite inséparables, mais il y’a juste un petit détail que Justine a oublié de prendre en compte : l’homme qu’elle aime est… Arabe, enfin « Français issu de l’immigration ». Un détail pour Justine et Djalil mais pas pour leurs familles respectives, les Lacroix et les Boudaoud…On a eu « Agathe Clery » ou encore « Neuilly sa mère! » qui traitaient du racisme de manière comique, décalé (même trop pour Agathe) ces dernières années. Cet automne on nous sert une comédie française d’actualité assez bonne pour le moral, mais juste pour le moral. Le scénario est drôle mais assez simplet, clichés, la réalisation est ratée. Il reste un casting flamboyant avec des personnages très attachants et marrants pour une comédie légère mais qui fait du bien. En bref, « Il reste du jambon? » nous fait passer un moment vraiment sympathique au cinéma sans aller chercher trop loin.

Pour voir la bande annonce, cliquez ici !

.
 

« Le Royaume de Ga’Hoole – La légende des gardiens » de Zack Snyder

Le Royaume de Ga'Hoole - la légende des gardiens

3 étoiles(7.5/10)

Le film suit Soren, une jeune chouette fascinée par les histoires épiques que lui racontait son père sur les Gardiens de Ga’Hoole, une bande de mythiques guerriers ailés qui avait mené une grande bataille pour sauver la communauté des chouettes des Sangs Purs. Après « 300″ et « Watchmen » et en attendant « Sucker Punch » l’année prochaine, Zack Snyder est de retour, à l’animation cette fois-ci avec l’adaptation de 3 des 12 romans du royaume de Ga’hoole  sur grand écran. Et le résultat est vraiment très encourageant. Le scénario est assez simplet mais très efficace et complet pour un film s’adressant à un public jeune. L’esthetique du film est tout simplement magnifique, il n’y a rien à dire et la 3D est vraiment utilisé pour quelque chose. Le long-métrage accumule de très belles séquences d’actions par un montage très bien travaillé qui nous permet de s’évader un petit peu (et une très bonne BO). En bref, « Le Royaume de Ga’hoole-la légende des gardiens » est un film d’animation assez réussi scénaristiquement et parfait esthetiquement.

Pour voir la bande annonce, cliquez ici !

.
 

« Les Petits mouchoirs » de Guillaume Canet

Les Petits mouchoirs

4 étoiles(9.1/10)

A la suite d’un événement bouleversant, une bande de copains décide, malgré tout, de partir en vacances au bord de la mer comme chaque année. Leur amitié, leurs certitudes, leur culpabilité, leurs amours en seront ébranlées. Ils vont enfin devoir lever les « petits mouchoirs » qu’ils ont posés sur leurs secrets et leurs mensonges. Guillaume Canet, déjà réalisateur du très bon thriller « Ne le dis à personne », parle des « petits mouchoirs » comme étant un film très personnel, le film de sa vie. C’est en effet une comédie grinçante, dramatique et pourtant remplie de bonheur qu’il nous offre. Des films de copains on en a vu et revu, mais des films comme celui-ci, vraiment très rarement. Il n’est pas qu’un long-métrage sur les vacances d’une bande de potes, il est bien plus : très réaliste et vraiment très proche de nous. Jamais un film n’a aussi bien parlé de l’amitié, n’a été aussi loin dans son propos. Le film pose de multiples questionnement sur ce qu’on est vraiment, sur ce que pèse l’amitié, les relations et en même temps de savoir ce qu’est vraiment l’amitié. Par des personnages assez aisés et très proches, en facade, Canet nous présente l’amitié comme quelque chose de vraiment faux, basé sur le mensonge etc. mais il montre en même temps la grande force qui fait que chacun se compléte à l’aide de l’autre notamment à travers le groupe ou le manque, l’absence comme c’est le cas du personnage de Marion Cotillard à propos de Ludo, à l’hopital à Paris, par Jean Dujardin. Que dire du casting et des acteurs. Ils sont tous fabuleux. On retrouve Francois Cluzet qui passe ses vacances à tout faire pour que chacun se sente bien chez lui, ou plutôt à raler après tout ce qui ne va pas dans sa maison pour se satisfaire lui même, mais en disant que c’est pour les autres. Benoit Magimel en homme ayant des sentiments plus que très forts en vers le personnage de François. Marion Cotillard en voyageuse qui multiplie les experiences au lit. Gilles Lelouche qui pense qu’à faire la fête et qui cache sa relation en peril avec sa copine. Laurent Lafitte en homme ayant toujours l’espoir de recevoir un texto de sa belle, ou plutôt de son ex, durant ces vacances. Bref, tous ces magnifiques acteurs meritent un césar pour leurs préstations incroyables, tout fonctionne tellement bien. Une fois rentré dans le film, les 2h35 passent comme une lettre à la poste et c’est que du bonheur entre rire et larmes. Pour ceux qui n’y rentrent pas, l’ennui, il faut l’avouer se fera ressentir. La vraie force de ce film en plus de parler d’un sujet avec tellement de verité et de profondeur, c’est de passer d’un registre à l’autre en dix secondes. En effet, on est sans cesse entre rire et larmes pendant le film avant de le terminer en sanglot. Prévoyez votre paquet de mouchoirs au cas-ou, n’étant pas été le seul à avouer verser des larmes dans la salle. « Les petits mouchoirs » ne peut pas laisser le spectateur comme il en est arrivé, c’est toute une remise en question qui se pose dès la sortie en plus d’être bouleversé, rempli de bonheur, d’amour et à la fois de tristesse si on se prend au jeu. En bref, « Les petits mouchoirs » est certainement un film qui restera à jamais dans le coeur de beaucoup de personnes tellement il est vrai, il est beau, il est drôle, tendre et bouleversant.

Pour voir la bande annonce, cliquez ici !

.
 

« Paranormal Activity 2″ de Tod Williams

Paranormal Activity 2

1 étoiles(3.8/10)

L’esprit démoniaque du premier Paranormal Activity est de retour, et c’est une nouvelle famille fraîchement installée dans une belle demeure qui va en faire les frais…Après le grand succés du premier épisode, il se devait que quelqu’un prenne en charge la suite du phénomène outre-atlantique « Paranormal Activity » afin de nous pondre une suite dix moi plus tard, pour Halloween. Plus de moyens, on passe de la petite maison de quartier à une petite villa, on troc la camera à la main contre des caméras de surveillances filmant la grande maison et le jardin en même temps. Mais sinon, celui-ci ne relève pas trop le niveau du premier, d’ailleurs, le suspense tombe souvant à plat contrairement au précédent qui jouait vraiment sur l’attente. Ici, on y croit, on veut avoir peur, mais rien arrive et on en est déçu. Pourtant on peut dire qu’il y avait matière à faire bien mieux. On pourra sauver peut-être les dernières vingt-minutes qui sont assez efficaces. Là ou le film est plus interressant, c’est qu’il ne s’agit pas d’une simple suite; le film se sert en effet du premier, l’histoire se passant quelque mois avant les événements du précédent opus. En bref, « Paranormal Activity 2″ n’est pas une suite à banir mais formatée pour plaire aux « fans » et ramasser encore beaucoup d’argent. Ca se comprend, mais dans les actions, on attendait mieux et on pouvait faire bien mieux.

Pour voir la bande annonce, cliquez ici !

.
 

« Paranormal Activity » de Oren Peli

Paranormal Activity

1 étoiles(3.7/10)

Un jeune couple suspecte leur maison d’être hantée par un esprit démoniaque. Ils décident alors de mettre en place une surveillance vidéo durant leur sommeil afin d’enregistrer les évènements nocturnes dont ils sont les victimes. Les images récupérées de septembre à octobre 2006 ont été montées en un film de 86 minutes, « Paranormal Activity ». Un budget de 15.000$ pour plus de 100 millions de $ de recettes rien qu’aux USA à l’automne 2009, le long-métrage a fonctionné grâce à un buzz énorme le montrant comme le film vraiment flippant, terrifiant qui a choqué tous les spectateurs etc. En tout cas la sauce à prise mais la déception se fait aussi bien ressentir surement du fait de s’attendre à ce que « Paranormal Activity » redefinisse le film d’horreur ou a suspense. Soit les Americains ont peur pour un rien, soit l’élan n’était que purement commercial. Bref, en tout cas, le film joue sur le suspense, et on y croit, ça fonctionne plutôt bien, même si les jeux d’acteurs sont médiocres, le côté paranormal et l’angoisse se fait ressentir mais de là à dire que l’on tient LE film d’horreur de la décennie, peut-être pas. En bref, en en attendant trop, « Paranormal Activity » déçoit bien qu’il soit assez efficace dans son genre, et surtout pour un film d’un budget minuscule.

Pour voir la bande annonce, cliquez ici !

.
 
1...34567...19

Navigation


news et infos sur la star s... |
>> Twilight |
SPIRALE |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | tous au ciné
| twilightsagaforyou
| twilight l'amour d'une saga!