Inscription Aller à: [ recherche ] [ menus ] [ contenu ] [ montrer/cacher plus de contenu ]



« Saw 3D – Chapitre final » de Kevin Greutert

Saw 3D

1 étoiles(3.3/10)

Alors que la bataille fait rage autour de l’héritage terrifiant du Tueur au puzzle, un groupe de survivants s’associe et fait appel à un autre rescapé, Bobby Dagen, une sorte de gourou. En croyant trouver de l’aide, ils vont vivre le pire. Bobby cache d’effroyables secrets. Une vague de terreur sans précédent va surgir… »Saw 3D » ou doit-on dire le septième et dernier (?) chapitre de la saga au fort succés commercial. Il y a six ans sortait le premier du nom qui créa le buzz directement  et empocha pratiquement 55M$ rien qu’aux USA en un mois, ce qui represente environ 45 fois son budget. Alors que le film était très angoissant et froid, une serie de réalisateurs se sont enchaînés, chaque année, à nous pondre chacun une suite, avec toujours des succés publics mais des scénarios assez pitoyables (la seule originalité était de pouvoir se renouveller au niveaux des pièges qui furent tous vraiment très gores et dégoutant). A noter que « Saw 3″ fut interdit aux moins de 18 ans en salles à cause de l’effroyable boucherie (comparé a Saw 2 qui de ce côté fut très décevant) ainsi qu’un côté très psychologique que l’on retrouve pas dans les autres. Certains aiment, d’autres trouveront cette saga vraiment nullissime ou on nous vend vraiment du gore pour nous servir du gore, à croire vraiment que les réalisateurs prirent leur pied en tournant des scènes ou l’on découpe le crane pour aller chercher un objet dans un bout de cervelle ou aller chercher une clef qui se trouve derriere son oeil afin de se liberer d’une machine qui vous coupera la machoire une minute plus tard. Bref, il s’en est suivi « Saw 4″ et « Saw 5″, certainement les moins réussis, ou l’on sentait vraiment qu’on touchait le fond. Puis Kevin Greutert à pris les rennes pour « Saw 6″ ou il s’agissait de prendre en otage pour une partie de jeu des banquiers etc. et ce « Saw 3D » qui a traité de racisme et en prenant au piège un homme, un gourou. En ce qui concerne la partie policière du film, il s’achève correctement, sans grande originalité toutefois. A noter enfin que la 3D est completement inutile (et sert à voir des bouts de chair ou du sang dégoulinés sur nous). En bref, « Saw 3D – Chapitre final » marque la fin d’une saga gore (on peut vraiment le dire) et c’est bien mieux comme ça.

Pour voir la bande annonce, cliquez ici !

.
 

« Paranormal Activity 2″ de Tod Williams

Paranormal Activity 2

1 étoiles(3.8/10)

L’esprit démoniaque du premier Paranormal Activity est de retour, et c’est une nouvelle famille fraîchement installée dans une belle demeure qui va en faire les frais…Après le grand succés du premier épisode, il se devait que quelqu’un prenne en charge la suite du phénomène outre-atlantique « Paranormal Activity » afin de nous pondre une suite dix moi plus tard, pour Halloween. Plus de moyens, on passe de la petite maison de quartier à une petite villa, on troc la camera à la main contre des caméras de surveillances filmant la grande maison et le jardin en même temps. Mais sinon, celui-ci ne relève pas trop le niveau du premier, d’ailleurs, le suspense tombe souvant à plat contrairement au précédent qui jouait vraiment sur l’attente. Ici, on y croit, on veut avoir peur, mais rien arrive et on en est déçu. Pourtant on peut dire qu’il y avait matière à faire bien mieux. On pourra sauver peut-être les dernières vingt-minutes qui sont assez efficaces. Là ou le film est plus interressant, c’est qu’il ne s’agit pas d’une simple suite; le film se sert en effet du premier, l’histoire se passant quelque mois avant les événements du précédent opus. En bref, « Paranormal Activity 2″ n’est pas une suite à banir mais formatée pour plaire aux « fans » et ramasser encore beaucoup d’argent. Ca se comprend, mais dans les actions, on attendait mieux et on pouvait faire bien mieux.

Pour voir la bande annonce, cliquez ici !

.
 

« Paranormal Activity » de Oren Peli

Paranormal Activity

1 étoiles(3.7/10)

Un jeune couple suspecte leur maison d’être hantée par un esprit démoniaque. Ils décident alors de mettre en place une surveillance vidéo durant leur sommeil afin d’enregistrer les évènements nocturnes dont ils sont les victimes. Les images récupérées de septembre à octobre 2006 ont été montées en un film de 86 minutes, « Paranormal Activity ». Un budget de 15.000$ pour plus de 100 millions de $ de recettes rien qu’aux USA à l’automne 2009, le long-métrage a fonctionné grâce à un buzz énorme le montrant comme le film vraiment flippant, terrifiant qui a choqué tous les spectateurs etc. En tout cas la sauce à prise mais la déception se fait aussi bien ressentir surement du fait de s’attendre à ce que « Paranormal Activity » redefinisse le film d’horreur ou a suspense. Soit les Americains ont peur pour un rien, soit l’élan n’était que purement commercial. Bref, en tout cas, le film joue sur le suspense, et on y croit, ça fonctionne plutôt bien, même si les jeux d’acteurs sont médiocres, le côté paranormal et l’angoisse se fait ressentir mais de là à dire que l’on tient LE film d’horreur de la décennie, peut-être pas. En bref, en en attendant trop, « Paranormal Activity » déçoit bien qu’il soit assez efficace dans son genre, et surtout pour un film d’un budget minuscule.

Pour voir la bande annonce, cliquez ici !

.
 

« Le Dernier exorcisme » de Daniel Stamm

Le Dernier exorcisme

0 (2.9/10)

Quand il arrive dans une ferme, le révérend Cotton Marcus s’attend à réaliser un simple exorcisme sur un fanatique religieux troublé. Cependant, il est contacté en dernier recours pour aider une adolescente, Nell, possédée par un démon. En arrivant à la ferme, l’exorciste se rend vite compte que rien n’aurait pu le préparer au mal qu’il va affronter alors qu’il s’apprête à filmer un documentaire avec toute une équipe de tournage. Il est cependant trop tard pour faire marche arrière, les croyances du révérend seront ébranlées quand lui et son équipe devront trouver un moyen de sauver Nell avant qu’il ne soit trop tard pour elle…comme pour eux. Comme « Paranormal Activity », et c’est aussi un élément de promo de ce film (le succés surprise de P.A l’an dernier), et aussi surfant sur le fait qu’il soit inspiré d’histoires vraies, « Le Dernier exorcisme » joue lui aussi sur le suspens; en effet, la tension monte au fur et à mesure du film avant de donner en bouquet final un récit peut-être tremblant mais malheureusement trop inconcevable, et qui fait perdre toute sa crédibilité bien qu’il soit filmé et monté comme un documentaire. Le film peut cependant se reveler interressant à ceux qui veulent sursauter de bons coups et ceux pour qui le sujet plaît.

Pour voir la bande annonce, cliquez ici !

.
 

« Resident Evil : Afterlife 3D » de Paul W.S. Anderson

Afterlife 3D

 1 étoiles(3.8/10)

Dans un monde ravagé par un virus, transformant ses victimes en morts-vivants, Alice continue sa lutte à mort avec Umbrella Corporation. Elle poursuit son voyage à la recherche de survivants et d’un lieu sûr où les mener. Cette quête les mènent à Los Angeles mais ils constatent très vite que la ville est infestée par des milliers de morts-vivants. Alice et ses compagnons (dont un vieil ami inattendu) sont sur le point de tomber dans un piège d’Umbrella. Trois ans après l’extinction et huit ans après le premier épisode, Paul W.S. Anderson passe à nouveau derrière la camera pour « Afterlife » et en 3D s’il vous plait. Même si le scénario reste toujours inchangé et n’offre aucune surprise, tout le film repose sur une technique particulière dans ses scènes d’actions, que l’on appréciera ou qui enervera en en jugeant une utilisation trop excessive : celle du ralenti à la Matrix dans les séquences d’actions. La dynamique du film est comme les autres : des passages très longs avec pas mal de bla-bla sans aucun interêt entres-coupées d’action, certes efficace, mais surtout gratuit. Sans son montage plutôt bien travaillé avec notamment ses effets visuels, « Resident Evil : Afterlife » aurait surement été l’épisode le plus raté de la saga.

Pour voir la bande annonce, cliquez ici !

.
 

« Resident Evil : Extinction » de Russell Mulcahy

Extinction

1 étoiles(4.4/10)

Le virus expérimental mis au point par la toute-puissante Umbrella Corporation a détruit l’humanité, transformant la population du monde en zombies avides de chair humaine. Fuyant les villes, Carlos, L.J., Claire, K-Mart, Nurse Betty et quelques survivants ont pris la route dans un convoi armé, espérant retrouver d’autres humains non infectés et gagner l’Alaska, leur dernier espoir d’une terre préservée. Ils sont accompagnés dans l’ombre par Alice, une jeune femme sur laquelle Umbrella a mené autrefois de terribles expériences biogéniques qui, en modifiant son ADN, lui ont apporté des capacités surhumaines. Depuis le laboratoire d’Umbrella, le Dr. Isaacs les surveille. Il est prêt à tout pour retrouver celle qui représente l’accomplissement ultime des recherches de la firme, la seule personne qui rende possible la mise au point d’un remède : Alice. S’ils veulent avoir une chance, les survivants doivent échapper à la fois aux morts-vivants qui infestent le pays et à Umbrella Corporation. Après l’apocalypse, voici l’extinction; c’est dire qu’on a fait un bon dans le temps, la Terre est devenu un énorme desert (même les mers ont disparues) mais Alice est toujours là ainsi que quelques autres survivants; c’est dire qu’ils sont très forts. Terminé la ville sombre, en fumée; car vous l’aurez compris, c’est dans le sable au milieu de ruines que se déroule cette nouvelle action, enfin disons que rien ne change, on a toujours le droit à quelques séquences d’Umbrella Corporation jouissant de la situation, ainsi que d’Alice et ses compagnons en train de massacrer des zombies. Rien de neuf donc côté scénario qui est toujours au ras des paquerettes et non representatif du jeu vidéo. On gardera tout de même de ce troisième épisode une dynamique et une réalisation assez soignée, notamment durant les scénes d’actions ou le sang jaillit de partout avec une Alice qui court, qui fait de la gymnastique et qui saute de partout en se saisissant avec puissance de ses armes destructives. Au final, ceux qui ont appréciés les premiers, prendront certainement plaisir à voir celui-ci; et ceux qui, au contraire n’ont pas adhérés au premier, ne devraient pas adhérés à celui-ci non plus. En bref, « Resident Evil : Extinction » est une suite au scénario toujours bas de gamme et qui n’a de « Resident Evil » que le nom, qui reste juste divertissant.

Pour voir la bande annonce, cliquez ici !

.
 

« Resident Evil : Apocalypse » de Alexander Witt

Apocalypse

1 étoiles(4.1/10)

Alice a survécu à l’effroyable cauchemar qui a dévasté le complexe scientifique ultrasecret d’Umbrella Corporation, mais elle n’est pas la seule à en être ressortie…Un virus mortel s’est abattu sur la ville de Raccoon et rien ne semble pouvoir lui échapper. Avec un groupe de survivants, Alice, dont le métabolisme a mystérieusement été modifié, doit affronter le pire. Certes, elle a gagné de nouveaux pouvoirs, elle est plus puissante, ses sens sont surmultipliés et sa dextérité est hallucinante, mais ça ne sera pas forcément suffisant… Elle est rejointe dans son combat par Jill Valentine, un ancien membre des forces spéciales d’Umbrella. Ensemble, elles vont tenter de résoudre les énigmes et faire face à une force maléfique, un ennemi absolu lancé sur leurs traces. Son nom ? Némésis. Son but ? Eliminer toute vie. Cette fois, s’échapper ne suffira pas. Il va falloir affronter… Oubliez le premier film de W.S Anderson qui fut inutile et qui se trouve bien résumé en tout juste une minute trente chrono en main dans ce second volet afin de nous en servir la suite immédiate. Une suite qui à un champ d’action beaucoup plus vaste et excitant : la ville, le monde exterieur et donc la population. L’atmosphère post-apocalyptique est assez bien retranscrite dans la mise en scéne par ses décors froids, déserts, en flammes etc. sauvant l’aspect scénaristique qui reste beaucoup trop classique. Alexander Witt nous réconcilie légèrement avec le jeu vidéo en nous proposant des tableaux d’actions différents (l’église, l’école, le cimetière, la rue etc), un rythme plus dynamique et énervé ou les dégommages de zombies vont se faire par centaines. En bref « Resident Evil : Apocalypse » est un film de genre sauvé par son action et sa mise en scéne, plus proche du jeu vidéo que n’était le premier, sans interêt.

Pour voir la bande annonce, cliquez ici !

.
 

« Resident Evil » de Paul W.S. Anderson

Resident Evil

0 (2.5/10)

Dans un immense laboratoire souterrain, ont lieu des recherches ultras secrètes, supervisées par des centaines de scientifiques. Lorsque l’alarme retentit, tout le monde croit à une simple simulation d’évacuation. Mais bientôt, l’horreur les rattrape. Un virus hautement mortel se propage à un rythme effréné dans les couloirs : en quelques minutes, il met fin à toute vie humaine. Au même moment, Alice se réveille dans un somptueux manoir. Ignorant comment elle a pu atterrir là, elle fait la rencontre de Matt, un policier. Avant même qu’ils n’aient pu trouver une explication logique à ces phénomènes étranges, un groupe d’intervention militaire, les S.T.A.R.S, débarque de nulle part et les oblige à les suivre. Ces derniers ont reçu l’ordre d’infiltrer le laboratoire et de neutraliser la Red Queen, le super-ordinateur devenu fou que l’on tient pour responsable du désastre. C’est souvent le même problème avec les adaptations de jeux vidéos. Bien que celui-ci fut l’un des premiers rendu sur grand écran, du fait de sa sortie en 2002, il n’échappe pas au constat que l’on a pu faire depuis les autres adaptations (exceptés certaines comme « Silent Hill » en 2006) : elles sont souvent ratées et superficielles. « Resident Evil » était le jeu vidéo qui a marqué les premieres consoles au début des années 2000, il était terrifiant et très prenant; tout le contraire du film qui patauge sans savoir dans quelle direction aller. L’intrigue met beaucoup trop de temps à se mettre en place et on attend sans cesse l’horreur, la chose qui ne viendra pas; ou alors de manière très mauvaise dans le corps d’un monstre animal plein de sang et laid. Le personnage d’Alice est absent, comme les autres d’ailleurs. Le seul moment interressant est le dernier plan qui présage une suite peut-être plus excitante qui effacerait celui-ci, d’aucune utilité, vraiment. En bref « Resident Evil » n’a rien de passionnant, d’effrayant, contrairement au jeu vidéo; de plus, il est réalisé sans aucune ambition particulière et les personnages en sont effacés.

Pour voir la bande annonce, cliquez ici !

.
 

« Piranha 3D » de Alexandre Aja

Piranha 3D

1 étoiles(4.6/10)

Alors que la ville de Lake Victoria s’apprête à recevoir des milliers d’étudiants pour le week-end de Pâques, un tremblement de terre secoue la ville et ouvre, sous le lac, une faille d’où des milliers de piranhas s’échappent. Inconscients du danger qui les guette, tous les étudiants font la fête sur le lac tandis que Julie, la shérif, découvre un premier corps dévoré… La journée va être d’autant plus longue pour elle que Jake, son fils, a délaissé la garde de ses jeunes frères et sœurs pour servir de guide à bord du bateau des sexy Wild Wild Girls ! Heureusement que « Piranha » sort à la fin de la periode estivale, les plages auraient peut-être étaient délaissées sinon. Enfin bon, après « La colline a des yeux », Alexandre Aja propose, en 3D, un nouveau film, assez décalé, comme on pouvait déjà le remarquer au niveau de l’affiche; c’est fait exprès, et c’est assumé. Le scénario reste assez maigre bien que l’univers et l’ambiance festive soient bien retranscrits (Remarquez les nombreux plans de groupes ou des plans sur des femmes en maillot de bain, ou pas, qui prennent une grande place sur les 1h25). En effet, dans une première partie, qui occupe la première demie-heure, l’intrigue se met en place, le suspens est present; ensuite la tension monte un peu avant que le bouquet final arrive, durant toute la dernière demie-heure. C’est assez classique mais ça fonctionne assez bien ici. Cela dit, le scénario aurait pu être un peu plus approfondi et même si on a, au final, notre dose de gore, on aurait pu pousser le bouchon encore un peu plus loin pour le plaisir. La force du film n’est certainement pas les dialogues mais bien l’univers crée par Alexandre Aja qui peut faire penser à ces films d’horreurs des années 80-90, comme la 3D. En bref, « Piranha 3D » est un métrage jouissif qui ne vole pas haut mais qui est à prendre au second degré.

Pour voir la bande annonce, cliquez ici !

.
 

« Phénomènes paranormaux » de Olatunde Osunsanmi

Phénomènes Paranormaux

1 étoiles(4.5/10)

En Alaska, des disparitions inexpliquées se produisent régulièrement depuis les années 1960. Malgré plusieurs enquêtes du FBI, la vérité n’a jamais été découverte; jusqu’à maintenant… C’est dans cette région reculée que le psychologue Abigail Tyler décide de filmer les séances d’hypnoses qu’elle mène avec des patients traumatisés afin de comprendre les raisons de leurs insomnies et peurs nocturnes. Sans le vouloir, elle va mettre à jour les preuves les plus troublantes jamais documentées sur ces mystérieuses disparitions…Dans la lignée de « Paranormal Activity », « Phénomènes paranormaux » se révèle être bien plus interressant; pas forcement au niveau scénaristique, ou, dans les deux cas, on est face à quelque chose de très léger mais au niveau de la réalisation et de l’idée. En effet, en mélangeant des images d’époques de faits réels ( ou du moins en nous faisant croire à une base réelle) et la fiction, le spectateur ne peut qu’être interressé et porté par la curiosité tout au long du film qui n’est pas pour autant très flippant ou alors être complétement laissé de côté tellement ça paraît des fois tellement faux; d’ailleurs, le final déçoit énormément. Petite mention spéciale tout de même au début du film très innovant ou Milla Jovovich s’adresse aux spectateurs et au générique de fin. En bref, « Phénomènes paranormaux » est un film qui conviendra à ceux qui ont aimé « Paranormal Activity »; pour les autres, passez votre chemin.

Pour voir la bande annonce, cliquez ici !

.
 
12

Navigation


news et infos sur la star s... |
>> Twilight |
SPIRALE |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | tous au ciné
| twilightsagaforyou
| twilight l'amour d'une saga!