Inscription Aller à: [ recherche ] [ menus ] [ contenu ] [ montrer/cacher plus de contenu ]



« Toi, moi, les autres » de Audrey Estrougo

 Toi, moi, les autres

1 étoiles

Gab a une vie rangée : une fiancée, un mariage en préparation, une famille aisée. Leïla ne s’autorise pas à vivre la sienne : des études de droit, un petit frère turbulent, une maman partie trop tôt… Alors lorsque Gab renverse le petit frère de Leïla, c’est le choc des mondes et le début d’une grande histoire d’amour qui va se heurter violemment à la réalité. Tina, la plus proche confidente de Leïla est sans papiers, sous la menace d’une reconduite à la frontière et se fait arrêter. Alors que le monde de Leïla s’effondre, Gab est prêt à tout pour elle, même à s’opposer à son père, préfet de police. Et qui a dit que rien n’était impossible tant qu’on a de l’amour ?… La comédie est un genre très courant pour traiter du racisme en France ( « Il reste du jambon? », « Neuilly sa mère » par exemple) mais la comédie musicale beaucoup moins. Aux USA nous avons eu droit au très bon « Hairspray » en 2007 avec un vrai univers, une vraie dynamique et du côté Francais, « Agathe Cléry » qui fut un echec critique. C’est dire que d’avoir eu l’ambition de vouloir faire une comédie musicale, à la française, c’est-à-dire, comme on ne sait pas trop faire (par rapport à nos amis Americains) était plutôt casse gueule. Dans « Toi, moi, les autres », il est vrai que ça ne vole pas haut, c’est décousu et la scénario est vraiment nunuche pour donner un pretexte afin de dénoncer nos problèmes actuelles (Pour cette part, c’est assez réussi). Il est toujours très interressant, comme pour Mamma Mia ! de voir comment des chansons connus ont étés inserrés dans un film. En plus, nos acteurs chantent très bien et c’est une joie de retrouver Leila Bekhti après « Tout ce qui brille » et le jeune Benjamin Siksou qui signe son premier grand rôle principal. En bref, « Toi, moi, les autres » est assez décevant mais dégage tout de même une très bonne énergie.

Pour voir la bande annonce, cliquez ici !

.
 

« Rien à déclarer » de Dany Boon

Rien à déclarer

2 étoiles (6.6/10)

1er janvier 1993 : passage à l’Europe. Deux douaniers, l’un belge, l’autre français, apprennent la disparition prochaine de leur poste frontière situé dans la commune de Courquain France et Koorkin Belgique. Francophobe de père en fils et douanier belge trop zélé, Ruben Vandevoorde (Benoît Poelvoorde) se voit contraint et forcé d’inaugurer la première brigade volante mixte franco-belge.  Son collègue français, Mathias Ducatel (Dany Boon), considéré par Ruben comme son ennemi de toujours, est secrètement amoureux de sa soeur. Il surprend tout le monde en acceptant de devenir le co-équipier de Vandevoorde et sillonner avec lui les routes de campagnes frontalières à bord d’une 4L d’interception des douanes internationales. Après l’incroyable succés de « Bienvenue chez les Ch’tis », il faut dire que Dany Boon était attendu au tournant. Avec « Rien à déclarer », on retrouve tout à fait sa marque de fabrique : film régional (cette fois-ci du côté de la Belgique) avec deux personnages principaux (Boon/Merad et Boon/Poelvoorde), un casting efficace, une bonne atmosphere et une même manière de filmer. Même si nous avons une fois plus le droit à de bons gags et de bonnes situations comiques, certaines scénes peuvent paraître longuettes et le message, ma foi juste, un peu trop exposé, qui gâche un peu le scénario déjà simplet. Il en reste une comédie familiale très plaisante, qui détend, qui fait rire à plusieurs reprises, et quel joie de retrouver Dany en grande forme (ainsi que toute la panoplie d’acteurs). En bref, « Rien à déclarer » ne restera pas dans les mémoires comme les « Ch’tis » mais le film reste un très bon divertissement bien maîtrisé et drôle.

Pour voir la bande annonce, cliquez ici !

.
 

« Bienvenue chez les Ch’tis » de Dany Boon

Bienvenue chez les Ch'tis

3 étoiles(7.1/10)

Philippe Abrams est directeur de la poste de Salon-de-Provence. Il est marié à Julie, dont le caractère dépressif lui rend la vie impossible. Pour lui faire plaisir, Philippe fraude afin d’obtenir une mutation sur la Côte d’Azur. Mais il est démasqué: il sera muté à Bergues, petite ville du Nord. Pour les Abrams, sudistes pleins de préjugés, le Nord c’est l’horreur, une région glacée, peuplée d’êtres rustres, éructant un langage incompréhensible, le « cheutimi ». Philippe ira seul. A sa grande surprise, il découvre un endroit charmant, une équipe chaleureuse, des gens accueillants, et se fait un ami : Antoine, le facteur et le carillonneur du village, à la mère possessive et aux amours contrariées. Quand Philippe revient à Salon, Julie refuse de croire qu’il se plait dans le Nord. Elle pense même qu’il lui ment pour la ménager. Pour la satisfaire et se simplifier la vie, Philippe lui fait croire qu’en effet, il vit un enfer à Bergues. Dès lors, sa vie s’enfonce dans un mensonge confortable…Fort de 20 millions de spectateurs en 2008, grâce à un buzz médiatique et un bouche à oreille excellent, « Bienvenue chez les Ch’tis » s’est imposé comme étant le second film ayant rassemblé le plus de spectateurs, juste derrière Titanic et ses quelques milliers supplémentaires. Que dire du film? Il est très sympathique, très chaleureux et très drôle. Le scénario sonne juste malgré sa simplicité, il nous emmene tout de même vers de très bons moments et vers des scénes mémorables avec d’excellentes répliques. Après « La maison du bonheur », Dany Boon nous ramène à la comédie française culte comme on les aimes et qui sont malheureusement de plus en plus rares.

Pour voir la bande annonce, cliquez ici !

.
 

« La Chance de ma vie » de Nicolas Cuche

La Chance de ma vie

1 étoiles(3.6/10)

Julien Monnier a un sérieux problème. Il a beau être un conseiller conjugal brillant, il n’arrive pas à garder une femme dans sa vie plus de deux semaines. Et pour cause, depuis son plus jeune âge, Julien porte la poisse à toutes les femmes qui s’éprennent de lui. Mais pas une petite poisse. De celles qui vous envoient à l’hôpital plusieurs fois par semaines, qui brisent votre vie professionnelle ou qui vous fâchent à vie avec vos proches. Julien est à proprement parler un vrai chat noir pour les femmes. Joanna Sorini va vite l’apprendre à ses dépens le jour où elle le croise. Une carrière en plein décollage, une vie amoureuse qui semblait enfin prendre un bon tournant, tout cela risque de bien changer… Des fois, nous ferions mieux de ne pas regarder les bandes annonces, comme pour « La Chance de ma vie ». Le film n’est pas un echec, bien au contraire, il est très divertissant et sympathique mais les extraits en presentaient trop et la réalisation n’est pas assez soignée; mais le duo d’acteur fonctionne et c’est le principal. Après « Le Siffleur » et « L’amour c’est mieux à deux », Virginie Efira se fait peu à peu une place dans la comédie à la manière d’une Katherine Heigl. Certaines situations prêtent à rire et des dialogues à sourires, pour un film qui n’a rien d’exceptionnel si ce n’est donner le sourire.  

Pour voir la bande annonce, cliquez ici !

.
 

« Les Emotifs anonymes » de Jean-Pierre Améris

Les Emotifs anonymes

2 étoiles (6.3/10)

Jean-René, patron d’une fabrique de chocolat, et Angélique, chocolatière de talent, sont deux grands émotifs. C’est leur passion commune pour le chocolat qui les rapproche. Ils tombent amoureux l’un de l’autre sans oser se l’avouer. Hélas, leur timidité maladive tend à les éloigner. Mais ils surmonteront leur manque de confiance en eux, au risque de dévoiler leurs sentiments. Il faut tout d’abord signaler que Jean-Pierre Améris ne perd pas de temps dans ses péripéties; en effet, le film dure seulement 1h20, le film démarre directement comme on peut le voir dans la bande annonce et se termine presque aussi vite; ce qui est dommage; « Les émotifs anonymes » est très sympathique et on aurait aimés en avoir un peu plus. C’est dans des rôles complètement differents, la comédie romantique, que l’on retrouve Benoit Poelvoorde et Isabelle Carré, très attachants, drôles et remplis de bonheur malgrè leur problème commun qu’ils veulent cacher et qui les renferme. Et à part nous donner affreusement l’envie de filer dans une chocolaterie à la fin de la projection, on passe un agrèable moment.

Pour voir la bande annonce, cliquez ici !

.
 

« Hors de prix » de Pierre Salvadori

Hors de prix

3 étoiles(7.7/10)

Jean, serveur timide d’un grand hôtel, passe pour un milliardaire aux yeux d’Irène, une aventurière intéressée. Quand elle découvre qui il est réellement, elle le fuit aussitôt. Mais Jean, amoureux, se lance à sa poursuite et la retrouve sur la Côte d’Azur. Rapidement ruiné, il finit par adopter le mode de vie de celle qu’il aime et s’installe comme homme de compagnie dans un magnifique palace. Ce nouveau statut le rapproche d’Irène qui accepte enfin sa présence. Elle lui donne alors des conseils et sans s’en rendre compte, s’attache de plus en plus à lui…Film sorti en Décembre 2006 et rencontrant un bon succés, « Hors de prix » est une comédie française fraîche et cocasse, que l’on prend vraiment plaisir à voir, se passant dans un cadre idéal (la côte d’azur) avec un duo d’acteur parfait dans la comédie (Audrey Tautou et Gad Elmaleh) et une réalisation très soignée. C’est un agréable moment que l’on passe, très drôle, intelligent, bien senti. A voir.

Pour voir la bande annonce, cliquez ici !

.
 

« De vrais mensonges » de Pierre Salvadori

De vrais mensonges

2 étoiles (6.3/10)

Un beau matin de printemps, Emilie reçoit une lettre d’amour, belle, inspirée mais anonyme. Elle la jette d’abord à la poubelle, avant d’y voir le moyen de sauver sa mère, isolée et triste depuis le départ de son mari. Sans trop réfléchir, elle la lui adresse aussitôt. Mais Émilie ne sait pas encore que c’est Jean, son employé timide, qui en est l’auteur. Elle n’imagine surtout pas que son geste les projettera dans une suite de quiproquos et de malentendus qui vont vite tous les dépasser… Après « Hord de prix » en 2006, Pierre Salvadori retrouve Audrey Tautou pour une nouvelle comédie toujours aussi plaisante et légère, comme on les aimes. « De vrais mensonges », grâce à un jeu d’acteur excellent à défaut d’un scénario un peu prévisible, fonctionne très bien et on y rigole beaucoup et ce, dès le début.

Pour voir la bande annonce, cliquez ici !

 

.
 

« Astérix et Obélix : mission Cléopâtre » de Alain Chabat

Astérix et Obélix : Mission Cléopâtre

2 étoiles (6.5/10)

Cléopâtre, la reine d’Egypte, décide, pour défier l’Empereur romain Jules César, de construire en trois mois un palais somptueux en plein désert. Si elle y parvient, celui-ci devra concéder publiquement que le peuple égyptien est le plus grand de tous les peuples. Pour ce faire, Cléopâtre fait appel à Numérobis, un architecte d’avant-garde plein d’énergie. S’il réussit, elle le couvrira d’or. S’il échoue, elle le jettera aux crocodiles. Celui-ci, conscient du défi à relever, cherche de l’aide auprès de son vieil ami Panoramix. Le druide fait le voyage en Egypte avec Astérix et Obélix. De son côté, Amonbofis, l’architecte officiel de Cléopâtre, jaloux que la reine ait choisi Numérobis pour construire le palais, va tout mettre en oeuvre pour faire échouer son concurrent. Film français marquant le début des années 2000 au box office national, « Astérix et Obélix : mission Cléopâtre » a réalisé plus de 14 millions d’entrées. Et il faut dire que c’est une adaptation des aventures des gaulois et des égyptiens très porté sur la comédie, et c’est très réussi. Tellements de clins d’oeil, de jeux avec le temps, les personnages bref, tous les ingrédients sont réunis pour que ça prenne. C’est pourtant simple mais Chabat en fait un petit bijou ou il n’y a aucun temps mort. Un bon moment de détente au contraire de « Asterix aux jeux olympiques » en 2008 qui était plus énérvant et prétentieux qu’autre chose. En bref, « Astérix et Obélix : mission Cléopâtre » est une rare comédie à fonctionner à chaque vision, qui est l’un des rares films français (pour notre époque) à garder.

Pour voir la bande annonce, cliquez ici !

.
 

« Le nom des gens » de Michel Leclerc

Le Nom des gens

3 étoiles(7.0/10)

Bahia Benmahmoud, jeune femme extravertie, se fait une haute idée de l’engagement politique puisqu’elle n’hésite pas à coucher avec ses ennemis pour les convertir à sa cause – ce qui peut faire beaucoup de monde vu qu’en gros, tous les gens de droite sont concernés. En règle générale, elle obtient de bons résultats. Jusqu’au jour où elle rencontre Arthur Martin, comme celui des cuisines, quadragénaire discret, adepte du risque zéro. Elle se dit qu’avec un nom pareil, il est forcément un peu facho. Mais les noms sont fourbes et les apparences trompeuses… « Le nom des gens » est un petit bijou de comédie politique qui n’a peur de rien, qui parle de sujets tabous, d’actualités avec beaucoup de fraicheur et en même temps énormément de franchise. C’est très drôle et très intelligent par une mise en scéne et des choix de scénario originaux. A voir.

Pour voir la bande annonce, cliquez ici !

Un teaser extra ici !

.
 

« Potiche » de François Ozon

Potiche

3 étoiles(8.2/10)

En 1977, dans une province de la bourgeoisie française, Suzanne Pujol est l’épouse popote et soumise d’un riche industriel Robert Pujol. Il dirige son usine de parapluies d’une main de fer et s’avère aussi désagréable et despote avec ses ouvriers qu’avec ses enfants et sa femme, qu’il prend pour une potiche. À la suite d’une grève et d’une séquestration de son mari, Suzanne se retrouve à la direction de l’usine et se révèle à la surprise générale une femme de tête et d’action. Mais lorsque Robert rentre d’une cure de repos en pleine forme, tout se complique…Librement adapté de la pièce de « Barillet et Gredy », François Ozon se prend au malin plaisir de réaliser « Potiche », une comédie irresistible et vraie avec nos yeux d’aujourd’hui, ou l’époque est très bien retranscrite en parlant notamment des ouvriers et des grêves pour obtenir une cinquième semaine de congés payés par exemple, le rôle de la femme qui doit se taire, s’occuper de la maison et ne pas broncher, ni travailler; l’homosexualité et les relations amoureuses qui sont des sujets très tabous; bref, à travers des personnages tous très caricaturaux et qui sont finalement tous des « Potiches », un scénario assez incroyable et vraiment très drôle ainsi qu’une mise en scéne très colorée et théâtrale, François Ozon nous comble pendant un peu plus d’une heure trente qui ne sont que du bonheur, que du plaisir à voir cette femme, parfaitement jouée par Catherine Deneuve, qui va s’affirmer peu à peu et va changer les choses. Tous les autres acteurs sont excellents; notamments Judith Godreche en fille à papa, Fabrice Luchini, Depardieu ou encore Karin Viard. En bref, « Potiche » est un film français qui sort carrément de l’ordinaire, placant son histoire à la fin des années 70, qui a une dynamique et rempli de bonheur le spectateur.

Pour voir la bande annonce, cliquez ici !

.
 
1234

Navigation


news et infos sur la star s... |
>> Twilight |
SPIRALE |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | tous au ciné
| twilightsagaforyou
| twilight l'amour d'une saga!