Inscription Aller à: [ recherche ] [ menus ] [ contenu ] [ montrer/cacher plus de contenu ]



« Le Plan B » de Alan Poul

Le Plan B

1 étoiles(4.2/10)

Lassée d’attendre un hypothétique Prince Charmant, Zoe a décidé de faire un bébé toute seule. Le jour même de l’insémination, elle rencontre Stan, qui pourrait bien être l’homme dont elle rêvait… Zoe se rend vite compte que démarrer à la fois une grossesse et une histoire d’amour est plutôt compliqué, surtout lorsque l’homme n’est pas le père de l’enfant, et qu’en plus il ne sait même pas qu’elle est enceinte… De son côté, Stan a bien du mal à comprendre Zoe, qui tente de cacher les premiers signes de sa grossesse. Ils ne savent rien l’un de l’autre, chacun a ses propres doutes, le bébé sera bientôt là et la vie s’acharne à les placer dans les situations les plus impossibles…Il y a des comédies romantiques Americaines qui arrivent à innover un peu et ça fait du bien, mais là, ce n’est pas le cas; du moins au bout de quelques minutes. Le film commençait plutôt sympathiquement avec de belles idées et le scénario aurait pu donner un film très drôle et plutôt original; mais la bonne ambiance du début du film disparaît peu à peu jusqu’à ne plus pouvoir supporter une seule réplique de Jennifer Lopez, tout de même très charmante, pétillante et bonne actrice. Le film ne s’empêche pas de passer en revue tous les clichés du film romantique et même si des scènes tombent à plat tandis que d’autres se contenteront de faire sourire le spectateur, les dialogues n’en restent pas moins trop scolaires et le film est au final, beaucoup trop long. En bref, « Le Plan B » tombe vite à plat et dans les clichés malgré un casting qui fonctionne et qui pétille.

Pour voir la bande annonce, cliquez ici !

.
 

« Crazy Night » de Shawn Levy

Crazy Night

1 étoiles(3.7/10)

Pour tenter de rompre la routine qui s’installe dans leur couple, Phil et Claire Foster décident de passer une soirée extraordinaire dans le restaurant le plus en vue de Manhattan. Sans réservation, ils n’ont d’autre choix que de se faire passer pour un autre couple, les Triplehorn, afin d’obtenir une table. Mais à peine leurs entrées terminées, leur imposture est dévoilée par des gangsters impitoyables à la recherche des Triplehorn. Les Fosters sont obligés de fuir pour sauver leur peau, et se retrouvent alors plongés dans une série improbable d’embrouilles à travers la ville. C’est le début d’une nuit démente qui va leur permettre de faire exploser, entre autres, la monotonie de leur couple… Une chose est sûre : ils ne sont pas prêts d’oublier cette soirée. Ah la promotion…et dire que certaines critiques presses disaient que « Crazy Night » était le film le plus drôle depuis « Very Bad Trip »…sans commentaire. Dans l’absolu le film tient le spectateur en haleine jusqu’à la fin, fait sourire grâce à un duo d’acteur au top (Steve Carell / Tina Fey) mais c’est tout. Le film fait quand même le minimum et on aurait pu s’attendre à une nuit un peu plus folle, m’enfin il ne fallait pas s’attendre à un chef d’oeuvre venant de Shawn Levy (réalisateur de « La Nuit au Musée »). Seuls les acteurs sauvent le film grâce à leur jeu très drôle et cocasse. En bref, « Crazy Night » n’a pas grand chose dans le ventre; c’est déjanté, ça tient la route c’est vrai, mais on est tout de même heureux que ca se termine.

Pour voir la bande annonce, cliquez ici !

.
 

« New York, I Love You » – Collectif

New York, I Love You

1 étoiles(4/10)

Depuis l’invention du cinéma, New York n’a jamais cessé de fasciner les cinéastes, qui y puisent d’infinies émotions dans des décors aussi spectaculaires qu’uniques. Des gratte-ciel miroitants aux parcs et aux rues qui sont comme autant de mondes, la ville a été immortalisée dans des milliers de films à travers des centaines d’atmosphères différentes. Après le petit succés de « Paris, je t’aime » en 2006, des cinéastes du monde entier se sont donnés rendez-vous à nouveau ayant pour mission de réaliser un court-métrage sur le thème de l’amour, de la rencontre et ce, dans la belle ville qu’est New York. Ils montrent chacun leur vision, une vision diffèrente et unique à chaque fois. Dans celui qui ouvre le bal, le court-métrage avec Hayden Christensen, Andy Garcia et la jeune Rachel Bilson est beau de mise en scène dans un bar qui ne dure que cinq minutes mais qui est plein de poèsie qui tourne autour du destin et qui commence très bien le long-métrage. Nathalie Portman arrive ensuite dans un autre registre et nous offre une toute autre relation. Celui-ci est assez basique contrairement au premier au niveau de la mise en scène si ce n’est très simple. Le fin est tout de même appreciable et le changement de comportement chez le personnage joué par cette dernière est assez formidable entre l’avant et l’après chute. De son côté le court métrage mettant Orlando Bloom au devant de la scène et la rencontre, encore une fois particulière, est très interressante. L’acteur tient son  rôle parfaitement et celui-ci n’en a pas l’air mais ce court se voit être très romantique, plus précisemment sur la fin. Pour faire court, entre deux images d’un New-York de carte postale, les courts-métrages s’enchainent avec douceur et une certaine fluidité bien travaillé dans le montage mettant en scéne tout types de personnages que ce soit en terme d’âge ou de milieu social ainsi que des rencontres fortes entre personnes différentes, innatendues, pour les mêmes raisons, comme dans le court avec Shia LaBeouf qui est assez exceptionnel aussi notamment en terme de mise en scénes comme d’autres réalisations ce qui permet au spectateur d’offrir de très beaux plans et donc d’accentuer notre sensibilité face aux créations. Tout de même une belle bouffée d’air frais que ce film est plaisant à voir par sa transpiration des motivations de chaque réalisateur, de chaque acteur. Dans l’ensemble, le film reste inegal et beaucoup de courts sont trop singuliers même si certains se détachent (en pensant à celui avec Maggie Q ou encore celui avec Bradley Cooper qui est magnifique, peut-être même le meilleur de la serie grâce à sa beauté de l’amour, du corps, son montage quasi-parfait, sa bande son et bien evidemment les deux acteurs principaux. En bref, « New York, I Love You » est un film qui donne des visions différentes, parfois trop, sur ce que représente New York et l’amour pour chaque réalisateur, ce qui creuse l’écart entre les bons, et d’autres un peu plus faibles. Cela dit, ce message d’amour reste plus fort que celui laissé par  »Valentine’s Day » et ce, malgré ses faiblesses.

Pour voir la bande annonce, cliquez ici !

.
 

« Bliss » de Drew Barrymore

Bliss

2 étoiles(6.1/10)

Par tous les moyens, Bliss Cavendar veut échapper à sa petite ville perdue du Texas et à sa mère qui est convaincue que sa seule chance de réussir dans la vie est de gagner les concours de beauté locaux. Bliss rêve d’autre chose… C’est alors qu’elle découvre un univers qu’elle n’aurait jamais imaginé : le roller derby. Associant girl power et punk-rock, cette discipline permet à chaque fille de laisser libre cours à sa personnalité… Après avoir été révélé dans « Juno », Ellen Page revient en force dans un rôle d’adolescente trop gentille qui devient rebelle à force de changer ses fréquentations, de mentir à son entourage et en même temps très touchant par son envie de réussir dans le sport qu’elle a choisi et qui lui plait. A travers de belles scénes réalisées montrant en quoi consiste le roller derby, quasi inconnu chez nous, et à travers un film bien travaillé, bien rythmé, Drew Barrymore confirme ses talents de réalisatrice, bien qu’aux premières nouvelles, une telle information aurait pu en faire peur plus d’un. En bref, « Bliss » est un teen movie auquel on prendra plaisir de voir afin d’apprendre des choses sur ce sport mais aussi de retrouver une Ellen Page au meilleur d’elle même.

Pour voir la bande annonce, cliquez ici !

.
 

« Le Chasseur de primes » de Andy Tennant

Le Chasseur de primes

(2.8/10)

Chasseur de primes, Milo Boyd se voit confier la mission de ses rêves : traquer son ex-femme, la journaliste Nicole Hurley, qui s’est soustraite à la justice. Pour lui, c’est un job facile qui va en plus lui donner l’occasion d’en faire baver à son ex – juste retour des choses après ce qu’elle lui a fait au moment de leur séparation… Il n’avait pas prévu que Nicole allait l’entraîner dans la redoutable affaire de meurtre sur laquelle elle enquête. Censé être une comédie d’action, « Le Chasseur de primes » se rêvele juste être un film long et ennuyant. Tout d’abord, l’intrigue met beaucoup de temps à se mettre en place (au moins une vingtaine de minutes) et lorsque l’on pourrait croire que ça va devenir interressant, le film reste d’une platitude monstrueuse et ce, jusqu’à la fin. Allez savoir pourquoi le film m’a fait pensé de temps à autres au succés de l’été dernier « Very Bad Trip », pourtant très bon divertissement, alors que le scénario est trop facile (aucun suspense car on connait tous la fin dès le début), les répliques de même et c’est sans parler de la mise en scéne, on se demanderait même si le tournage n’aurait pas durer qu’une semaine. Plutôt décevant pour le réalisateur de « Hitch ». En ce qui concerne des acteurs et notamment du couple que forme Jennifer Anniston et Gerard Butler, ils sont tout simplement absents, leur couple ne fonctionne pas du tout à l’écran, du moins on y croit pas une seule seconde. En bref, certains classeront « Le Chasseur de primes » en comédie sympatoche d’un samedi soir et d’autres le trouveront totalement à côté de la plaque à tous les étages.

Pour voir la bande annonce, cliquez ici !

 

.
 

« All About Steve » de Phil Traill

All About Steve

(1.1/10)

Une brillante cruciverbiste décide, après un première rendez-vous rapide, qu’un cameraman de CNN est son âme soeur. Elle traverse alors le pays de long en large en essayant de le convaincre qu’ils sont faits l’un pour l’autre. Etant pourtant un succés au box office Americain en 2009, sûrement grâce à sa tête d’affiche Sandra Bullock (ultra rentable) et autre Bradley Cooper, « All About Steve » n’est rien d’autre qu’un pur désastre cinématographique. Le film frôle le pathétique et Dieu sait combien j’aime, j’admire et je respecte le travail de Sandra Bullock qui était très drôle en Septembre dernier dans « La Proposition ». Car au fond, outre se demander quelle était sa motivation à signer pour ce nanard, la pauvre se retrouve dans un rôle complétement déjanté et cucul ou elle surjoue, ce qui la ridiculise. Au niveau scénaristique, c’est la grosse cata, le film ne tient pas une seconde debout, les quelques effets spéciaux sont nuls, sales, il suffit juste de regarder la bande annonce pour s’en rendre compte. En fait, on tient là l’un des bides les plus prometteurs de l’année, qui, à remporté un Razzie Award en ce début Mars 2010 (l’inverse des Oscars). Enfin, je signale mon mécontentement de sortir un film tel que celui-ci alors que « The Blind Side » par exemple, avec Sandra Bullock (d’ailleurs primé aux Oscars en tant que meilleure actrice), plébiscité par les critiques, ne sortira pas au cinéma en France mais directement en VOD (Vidéo à la demande sur Internet). En bref, « All About Steve » est une comédie americaine ratée et mal réalisé qui a le don de n’avoir aucun scénario ou presque (mais bon tout tombe à l’eau), des personnages ridicules, des acteurs qui en font malheureusement trop (à cause de leur personnage et non de leur talent).

Pour voir la bande annonce, cliquez ici !

.
 

« Valentine’s Day » de Garry Marshall

 1 étoiles(3.6/10)

Après « Pretty Woman », Garry Marshall revient derrière la caméra avec une nouvelle comédie romantique ayant comme sujet principal la Saint-Valentin. Avec son casting glamour et très alléchant, on pouvait que succomber au charme de ce film. On aurait pu s’attendre à assister à un film plat, avec des succéssions de gags mettant chaque acteur chacun à leur tour au devant de la scène. Mais on suit finalement avec légerté les destins d’une quinzaine de personnes habitant à Los Angeles le jour de la Saint-Valentin. Certains se rencontrent, d’autres se croisent un instant, « Valentine’s Day » s’enchaîne bien mélant humour (cf la scène du jeune homme qui joue de la guitare nu dans sa chambre), amour et traite des sujets différents : la première fois, la tromperie, le mensonge, les révélations, les souvenirs, le célibat, l’homosexualité et même l’amour d’un enfant en vers un être cher de sa famille (cf le petit garçon et sa maman qu’il ne voit presque jamais). Le film ne casse pas des briques mais il nous montre parfaitement combien la Saint-Valentin est quelque chose d’important Outre-Atlantique. A se demander même, si, de ce côté-là, le film n’en fait pas un peu trop. Ashton Kutcher, Jennifer Garner, Anne Hathaway, Jamie Foxx et Jessica Biel sont les acteurs principaux du film et s’en sortent parfaitement bien. De ce fait, on regrettera de ne pas voir assez d’autres acteurs à l’écran comme Patrick Dempsey, Taylor Lautner, Taylor Swift ou encore Julia Roberts. Garry Marshall sauve ainsi son film de la simplicité grâce à son casting tout simplement. En bref, « Valentine’s Day » est une comèdie romantique un peu trop légère mais porté par un casting flamboyant.

Pour voir la bande annonce, cliquez ici !

 

.
 
123

Navigation


news et infos sur la star s... |
>> Twilight |
SPIRALE |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | tous au ciné
| twilightsagaforyou
| twilight l'amour d'une saga!