Inscription Aller à: [ recherche ] [ menus ] [ contenu ] [ montrer/cacher plus de contenu ]



  • Accueil
  • > Blockbusters/ Gros films.

« Wall Street : l’argent ne dort jamais » de Oliver Stone

l'argent ne dort jamais

1 étoiles(3.6/10)

Wall Street, New York : en plein krach boursier de 2008, un jeune trader, Jacob Moore, est prêt à tout pour venger son mentor, que d’obscures tractations financières ont poussé au suicide. Il demande de l’aide à Gordon Gekko, le meilleur – et le pire – des gourous de la finance, qui vient de sortir de 20 ans de prison pour délit d’initié. Jacob va apprendre à ses dépens que Gekko reste un maître de la manipulation, et que l’argent ne dort jamais. Et de nouveau un film très attendu cette année qui se révèle être déçevant. Présenté en avant première mondiale à Cannes en Mai 2010, le film avait reçu des critiques très mitigés. En effet, trouvez-moi un interêt, en voyant le long-metrage, de faire une suite au premier « Wall Street ». On ne raconte rien, on se sert de la crise de 2008 en toile de fond pour écrire un pseudo-scénario assez facile et prévisible qui entraîne un desinterêt du spectateur et un ennui immédiat. Même si il y a de la volonté, on voit bien que Michael Douglas, et notamment son personnage plane, comme celui de sa fille et du jeune trader, interprêté par Shia LaBeouf qui sont coincé dans une intrigue qui fait constamment du sur-place. En bref, « Wall Street : l’argent ne dort jamais » est un pretexte ennuyant pour retrouver Michael Douglas, certes pour notre grand plaisir, sur les écrans, dommage.

Pour voir la bande annonce, cliquez ici !

.
 

« Resident Evil : Afterlife 3D » de Paul W.S. Anderson

Afterlife 3D

 1 étoiles(3.8/10)

Dans un monde ravagé par un virus, transformant ses victimes en morts-vivants, Alice continue sa lutte à mort avec Umbrella Corporation. Elle poursuit son voyage à la recherche de survivants et d’un lieu sûr où les mener. Cette quête les mènent à Los Angeles mais ils constatent très vite que la ville est infestée par des milliers de morts-vivants. Alice et ses compagnons (dont un vieil ami inattendu) sont sur le point de tomber dans un piège d’Umbrella. Trois ans après l’extinction et huit ans après le premier épisode, Paul W.S. Anderson passe à nouveau derrière la camera pour « Afterlife » et en 3D s’il vous plait. Même si le scénario reste toujours inchangé et n’offre aucune surprise, tout le film repose sur une technique particulière dans ses scènes d’actions, que l’on appréciera ou qui enervera en en jugeant une utilisation trop excessive : celle du ralenti à la Matrix dans les séquences d’actions. La dynamique du film est comme les autres : des passages très longs avec pas mal de bla-bla sans aucun interêt entres-coupées d’action, certes efficace, mais surtout gratuit. Sans son montage plutôt bien travaillé avec notamment ses effets visuels, « Resident Evil : Afterlife » aurait surement été l’épisode le plus raté de la saga.

Pour voir la bande annonce, cliquez ici !

.
 

« Piranha 3D » de Alexandre Aja

Piranha 3D

1 étoiles(4.6/10)

Alors que la ville de Lake Victoria s’apprête à recevoir des milliers d’étudiants pour le week-end de Pâques, un tremblement de terre secoue la ville et ouvre, sous le lac, une faille d’où des milliers de piranhas s’échappent. Inconscients du danger qui les guette, tous les étudiants font la fête sur le lac tandis que Julie, la shérif, découvre un premier corps dévoré… La journée va être d’autant plus longue pour elle que Jake, son fils, a délaissé la garde de ses jeunes frères et sœurs pour servir de guide à bord du bateau des sexy Wild Wild Girls ! Heureusement que « Piranha » sort à la fin de la periode estivale, les plages auraient peut-être étaient délaissées sinon. Enfin bon, après « La colline a des yeux », Alexandre Aja propose, en 3D, un nouveau film, assez décalé, comme on pouvait déjà le remarquer au niveau de l’affiche; c’est fait exprès, et c’est assumé. Le scénario reste assez maigre bien que l’univers et l’ambiance festive soient bien retranscrits (Remarquez les nombreux plans de groupes ou des plans sur des femmes en maillot de bain, ou pas, qui prennent une grande place sur les 1h25). En effet, dans une première partie, qui occupe la première demie-heure, l’intrigue se met en place, le suspens est present; ensuite la tension monte un peu avant que le bouquet final arrive, durant toute la dernière demie-heure. C’est assez classique mais ça fonctionne assez bien ici. Cela dit, le scénario aurait pu être un peu plus approfondi et même si on a, au final, notre dose de gore, on aurait pu pousser le bouchon encore un peu plus loin pour le plaisir. La force du film n’est certainement pas les dialogues mais bien l’univers crée par Alexandre Aja qui peut faire penser à ces films d’horreurs des années 80-90, comme la 3D. En bref, « Piranha 3D » est un métrage jouissif qui ne vole pas haut mais qui est à prendre au second degré.

Pour voir la bande annonce, cliquez ici !

.
 

« Expendables : unité spéciale » de Sylvester Stallone

unité spéciale

3 étoiles(7.9/10)

Ce ne sont ni des mercenaires, ni des agents secrets. Ils choisissent eux-mêmes leurs missions et n’obéissent à aucun gouvernement. Ils ne le font ni pour l’argent, ni pour la gloire, mais parce qu’ils aident les cas désespérés. Depuis dix ans, Izzy Hands, de la CIA, est sur les traces du chef de ces hommes, Barney Ross. Parce qu’ils ne sont aux ordres de personne, il devient urgent de les empêcher d’agir. Eliminer un général sud-américain n’est pas le genre de job que Barney Ross accepte, mais lorsqu’il découvre les atrocités commises sur des enfants, il ne peut refuser. Avec son équipe d’experts, Ross débarque sur l’île paradisiaque où sévit le tyran. Lorsque l’embuscade se referme sur eux, il comprend que dans son équipe, il y a un traître. Après avoir échappé de justesse à la mort, ils reviennent aux Etats-Unis, où chaque membre de l’équipe est attendu. Il faudra que chacun atteigne les sommets de son art pour en sortir et démasquer celui qui a trahi… »John Rambo » était déjà, pour ma part, un bon film bien maîtrisé mais alors avec celui-ci, Sylvester Stallone confirme ses talents de réalisateur. Et contrairement à certains films (par exemple « Valentine’s Day » sorti en Février dernier), le casting n’est pas la seule force du film. En effet, l’idée de rassembler que des acteurs très musclés était essentiel c’est vrai, et ça aurait pu cacher un scénario faiblard mais aux effets speciaux grandioses. Il est vrai, les effets speciaux sont grandioses mais le scénario est très bien mené; et chacun trouve sa place, même une petite place pour certains, comme Bruce Willis par exemple. De plus le film est très dynamique grâce à un montage de pro et une mise en scéne très soignée. En bref, « Expendables » est un film d’action jouissif à chaque instant qui dépote tout. On en redemande.

Pour voir la bande annonce, cliquez ici !

.
 

« Salt » de Phillip Noyce

Salt

0 (2.8/10)

Evelyn Salt est sans aucun doute l’un des meilleurs agents que la CIA ait jamais comptés dans ses rangs. Pourtant, lorsque la jeune femme est accusée d’être une espionne au service de la Russie, elle doit fuir. Evelyn Salt va faire appel à sa remarquable expertise pour échapper à ceux qui la traquent, y compris dans son propre camp. En cherchant à percer le secret de ceux qui la visent, Salt va brouiller toutes les pistes. Est-elle vraiment ce qu’elle prétend ? Désormais, une seule question se pose : qui est Salt ? Le synopsis pourtant alléchant révèle un film très décevant. En effet, le scénario est en fait très banal et déjà vu, il en reste toutefois des scénes d’actions assez efficaces mais les flashbacks ou les émotions qui sont traités ne touchent pas le spectateur et ce, peut-on penser, à cause d’un manque de personnalisation dans la mise en scéne et la réalisation. Ce film très inégal permettait au moins de retrouver Angelina Jolie, dans un genre de rôle qui lui va d’habitude plutôt bien, mais ici elle est très absente et donne l’impression que le film, le tournage et encore son personnage ont étés de veritables épreuves pour elle. A noter que, même si le mystère de l’identité de Salt n’est pas révèlé, la bande annonce est bien mieux que le film, dans sa globalité. Enfin, ne soyez pas étonné que la fin du film survienne en plein milieu d’une scéne d’action, ça pourrait étonné mais c’est bien voulu, un peu à la manière de « Arthur 2″. En bref, « Salt » est un divertissement banal qui souffre d’un scénario vu mille fois et d’un manque d’ambitions de la part des acteurs et du réalisateur dans sa mise en scéne.

Pour voir la bande annonce, cliquez ici !

.
 

« Karaté Kid » de Harald Zwart

Karaté Kid

2 étoiles (6.7/10)

Lorsque la carrière de sa mère l’entraîne à Benjing en Chine, le jeune Dre Parker doit faire face à des changements radicaux. Au bout de quelques jours, il se retrouve mêlé à une altercation au sein de son école, impliquant Cheng, l’un des garçons les plus doués en Kung Fu et qui lui fait définitivement perdre le respect de ses camarades de classe. Témoin de cet affrontement, Mr Han, professeur de Karaté à la retraite, embauché par les Parker comme chauffeur et assistant, décide d’aider Dre à regagner le respect de son entourage. Remake moderne du long-mètrage de John G. Avildsen sorti il y a vingt-six ans, ce « Karaté Kid » voit son action se dérouler en Chine et non en Californie comme ce fut le cas avec le premier du nom. Malgrè quelques erreurs de réalisation rattrapés par un scénario efficace et juste qui varie entre humour léger, combats et tristesse, celui-ci se regarde avec plaisir et les 2h19 qu’il reprèsente ne se sentent pas. Au final, on est pris dans le film, bien qu’il soit, il est vrai, un peu long au démarrage et assez prévisible dans les évènements. Il touche cela dit à des sujets forts, qui font la force du film tels que l’amitiè, l’amour, la patience, la passion, la pitiè, l’autorité, l’envie de se battre pour quelque chose de symbolique, le courage, la concentration, le respect et bien sur l’intègration, en bref : une leçon de vie. De plus, Jackie Chan est très bon dans son rôle de professeur bléssé qui va devoir se battre pour surmonter certaines choses en s’appuyant sur le jeune avec qui il nouera une veritable amitié au fil du temps. Le jeune, c’est tout simplement le fils de Will Smith, Jaden Smith, onze ans, que l’on a pu déjà aperçevoir au cinéma dans « A la recherche du bonheur » il y a quelques années et qui livre ici une prestation remarquable pour son âge, chapeau. En bref, « Karaté Kid » est un très bon divertissement qui parle de pleins de notions importantes de la vie, dans un cadre magnifique et porté par des acteurs remarquables bien que le scénario reste un poil prévisible.

Pour voir la bande annonce, cliquez ici !

.
 

« L’apprenti sorcier » de Jon Turteltaub

L'Apprenti Sorcier

1 étoiles(4.7/10)

Balthazar Blake est un grand sorcier vivant de nos jours à Manhattan. Il tente de défendre la ville contre son ennemi juré, Maxim Horvath. Balthazar ne pouvant y arriver seul, il engage alors – un peu malgré lui – Dave Stutler, un garçon apparemment ordinaire qui a pourtant un vrai potentiel, pour devenir son apprenti. Le sorcier donne à son apprenti réticent un cours express sur l’art et la science de la magie, et ensemble, ces deux associés improbables vont tenter de stopper les forces des ténèbres. Il faudra à Dave tout son courage, et même davantage, pour survivre à sa formation, sauver la ville et embrasser la fille qu’il aime… Et voilà un nouveau Disney familial mais encore une fois très formaté, assez cliché sur le film fantastisque et sur les adolescents mais il garde les éléments essentiels pour plaire au jeune public : un peu d’humour, de l’action, des effets speciaux et de ce fait aussi ne pas laisser les plus grands sur le bord de la route, et ce n’est pas forcèment grâce à son casting, certes sympa, mais absent, surtout pour les personnages joués par Nicolas Cage et celle qui interprête la copine du héros. En bref, « L’apprenti sorcier » est, malgré son scénario très previsible, plutôt sympathique à regarder, il a le merite de divertir, c’est ce qu’on demande en allant voir après tout.  

Pour voir la bande annonce, cliquez ici !

.
 

« Night and Day » de James Mangold

Night and Day

2 étoiles (6.7/10)

Lorsque June rencontre Roy, elle croit que le destin lui sourit enfin et qu’elle a trouvé l’homme de ses rêves. Pourtant, très vite, elle le suspecte d’être un espion et le cauchemar commence. Elle se retrouve traquée avec lui dans une coursepoursuite à travers la planète qui ne leur laisse aucun répit. Leur vie ne tient qu’à un fil et le danger est partout. Pour avoir une chance de s’en sortir, June et Roy doivent se faire confiance au point de se confier leurs vies. Mais est-ce bien raisonnable ? « Night and Day » est une comédie d’action comme on ne voit plus tellement de nos jours, enfin si, on voit des tentatives comme « Kiss & Kill » sorti récemment mais un film sympathique qui dépote bien avec des acteurs plutôt convainquant comme celui-ci ça en devient rare. Pourquoi ? Son scénario n’a rien de très original mais il à le merite de toujours servir quelque chose au spectateur ou le juste milieu entre action (cascades assez surprenantes mais effets speciaux décevants) et comédie (par la relation entre Diaz et Cruz) est trouvé sans en faire trop d’un côté ou de l’autre. La bande son est bonne, des repliques et/ou des situations sont très drôles et le montage assez dynamique et, font de ce film, certainement, LE film d’action de cet été qui rappelle un peu les films du genre des années 90. On en manquait et au final, ça fait du bien.

Pour voir la bande annonce, cliquez ici !

.
 

« Le Dernier Maître de l’air » de M. Night Shyamalan

Le Dernier maître de l'air

0   (3.0/10)

Air, Eau, Terre, Feu : l’équilibre du monde bascule par une guerre sauvage engagée depuis un siècle déjà par la Nation du Feu contre les trois autres nations. Mettant au défi son courage et son aptitude au combat, Aang découvre qu’il est le nouvel Avatar, seul être capable de maîtriser les quatre éléments. Il s’allie à Katara, un Maître de l’Eau, et à son frère aîné Sokka, afin de stopper la Nation du Feu avant qu’il ne soit trop tard…Après « La jeune fille de l’eau » et « Phénomènes », M. Night Shyamalan est de retour dans un genre nouveau : celui du blockbuster; avec l’adaptation du manga « The Last Airbender » et comme l’on pouvait le craindre, c’est pas ça; on aimera ou on aimera pas, c’est catégorique, le film est trop faux pour essayer de sauver quoi que ce soit mis à part l’univers et les décors. En effet, le scénario est digne d’un mauvais Disney (cf « Prince Of Persia ») ou rien ne se passe…ou presque, seulement deux ou trois scénes sortent du lot et encore, elles tombent vite à l’eau; tout ceci servi avec des répliques toutes droits inspirées de « Twilight » qui ne pourront provoquer chez le spectateur que du rire à défaut de provoquer de l’envie, de la curiosité. Avec une 3D vraiment inutile et des effets speciaux de temps à autres passables, le réalisateur s’est planté en faisant le choix de cette adaptation, on devrait d’ailleurs plutôt parler d’inspiration que d’adaptation, m’enfin. Peu de choses sauvent le film de la noyade totale, même les acteurs ne sont pas du tout à la hauteur, mis à part le jeune jouant l’avatar. Enfin, l’univers et l’ambiance que l’on retrouve à chaque film de Shyamalan à completement disparu dans celui-ci et c’est sans parler de la fin vraiment ridicule, comme-ci on allait s’ecrier « Oh non, on veux la suite maintenant! », bien au contraire, c’est très bien une fois que c’est terminé. En bref, « Le dernier maitre de l’air » est un blockbuster pas du tout convainquant qui multiplie les maladresses à tous les niveaux.

Pour voir la bande annonce, cliquez ici !

.
 

« Inception » de Christopher Nolan

Inception

4 étoiles(9.4/10)

Dom Cobb est un voleur expérimenté – le meilleur qui soit dans l’art périlleux de l’extraction : sa spécialité consiste à s’approprier les secrets les plus précieux d’un individu, enfouis au plus profond de son subconscient, pendant qu’il rêve et que son esprit est particulièrement vulnérable. Très recherché pour ses talents dans l’univers trouble de l’espionnage industriel, Cobb est aussi devenu un fugitif traqué dans le monde entier qui a perdu tout ce qui lui est cher. Mais une ultime mission pourrait lui permettre de retrouver sa vie d’avant – à condition qu’il puisse accomplir l’impossible : l’inception. Au lieu de subtiliser un rêve, Cobb et son équipe doivent faire l’inverse : implanter une idée dans l’esprit d’un individu. S’ils y parviennent, il pourrait s’agir du crime parfait. Et pourtant, aussi méthodiques et doués soient-ils, rien n’aurait pu préparer Cobb et ses partenaires à un ennemi redoutable qui semble avoir systématiquement un coup d’avance sur eux. Un ennemi dont seul Cobb aurait pu soupçonner l’existence. Avec un sujet quasiment inédit et un scénario d’une complexité, aux premiers abords, juste bien dosé; mais aux seconds abords, se veut en fait être beaucoup plus complexe que cela ou des réponses ne seront pas forcements données à la fin, laissant le spectateur penser ce qu’il veut pour pouvoir êmettre toutes possibilités. Quelque chose que l’on a pu déjà vivre cette année avec un autre film, d’une grande maîtrise par Scorsese, « Shutter Island ». D’ailleurs, l’acteur vedette de ces deux films magistraux, Leonardo DiCaprio, est encore une fois parfait dans son interpretation, tout comme le reste du casting, notamment la jeune Ellen Page que l’on a pu découvrir dans « Bliss » ou notre frenchie Marion Cotillard. Pour en revenir au film en lui-même sans spoiler quoi que ce soit, on pourra juste dire qu’il se compose en deux parties : la première est très interressante, les analyses sur l’extraction et l’inception sont mises en avant et de manière très fascinante; elle est aussi une introduction au braquage avec par exemple la composition de l’equipe : l’architecte, le chimiste etc. La seconde partie ce concentre sur ce braquage du subconsciant et dure une bonne heure, une bonne heure durant laquelle le film s’enchaîne dans la perfection, avec énormèment d’actions, d’idées, d’images magnifiques et portée par une bande originale excellente de Hans Zimmer. En bref, deux ans après le déjà très bon « The Dark Knight », Christopher Nolan nous coupe le souffle une fois de plus en réalisant ce chef-d’oeuvre, cet ovni dont on risque d’en entendre parler de nombreuses années, « Inception ».

Pour voir la bande annonce, cliquez ici !

.
 
12345

Navigation


news et infos sur la star s... |
>> Twilight |
SPIRALE |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | tous au ciné
| twilightsagaforyou
| twilight l'amour d'une saga!