Inscription Aller à: [ recherche ] [ menus ] [ contenu ] [ montrer/cacher plus de contenu ]



« Arthur et la vengeance de Maltazard » de Luc Besson

Arthur et la vengeance de Maltazard

0 (1.9/10)

Arthur est au comble de l’excitation : c’est aujourd’hui la fin du dixième cycle de la Lune, et il va enfin pouvoir regagner le monde des Minimoys pour y retrouver Sélénia. Dans le village, tout est prêt pour l’accueillir : un grand banquet a été organisé en son honneur, et la petite princesse a passé sa robe en pétales de rose… C’est sans compter le père d’Arthur, qui choisit précisément ce jour tant attendu pour quitter plus tôt que prévu la maison de sa grand-mère. Au moment du départ, une araignée dépose dans les mains du jeune garçon un grain de riz sur lequel est gravé un message de détresse. Pas de doute, Sélénia est en danger, et Arthur n’a plus qu’une idée en tête : voler à son secours ! Quitte à employer un passage de fortune, tomber tête la première dans le bar de Max, se heurter aux troupes de Kröb, le nouveau tyran des Sept Terres, secourir Bétamèche, combattre des rats, des grenouilles, des araignées velues… et découvrir, une fois arrivé au village des Mimimoys, qu’aucun message de secours ne lui a été envoyé ! Mais qui donc a bien pu piéger ainsi notre jeune héros ? Quatre ans après un premier volet qui ne volait, certes, pas très haut, mais qui avait le mérite de divertir un moment grâce à une dynamique et un graphisme quasi parfait, ce deuxième opus, sorti fin 2009, est vraiment, au contraire, au ras des paquerêttes, c’est le cas de le dire. Rien ne se passe, c’est ultra creux, cet « Arthur et la vengeance de Maltazard » n’est qu’une pauvre bande annonce, un coup de pub pour annoncer le troisième opus, prévu pour fin 2010, rien d’autre. Durant un premier quart d’heure, on retrouve toute la famille du jeune héros dans la maison de la grand-mère, ou les situations ne frôlent même pas le ridicule puisqu’elles le sont, ou les dialogues sont navrant et la mise en scéne affreuse. Il arrive ensuite, et ce pendant plus d’une heure, l’arrivée du jeune garçon dans le pays des minimoys, ou l’heure des retrouvailles sonne, sans interêt, ou alors cinq minutes. Sans cesse le spectateur se demande quand est-ce que le film va démarrer. Et voilà qu’il ne reste qu’un léger quart d’heure, ou l’on voit…Maltazard (un plan ou deux de lui sur tout le film, embêtant vu le titre de cet épisode). Et bien gentillement, pour bien nous faire regretter notre place, voici que l’on apprend qu’il faudra se repointer dans quelques mois, payer une nouvelle place pour voir l’action qui se préparait pendant une heure et demi sans que rien n’arrive. C’est alors que l’on prend conscience de l’arnaque du film; même pas drôle, d’un graphisme plutôt très convenable mais c’est tout. Luc Besson vient de réaliser un navet sans nom, une pompe à fric; et le pire c’est que ça a marché. Enfin, l’énervement des spectateurs à aussi, bien fonctionné et portera, espèrons, préjudice au troisième volet afin de bien montrer qu’il y a des limites au cinéma et qu’il ne faut pas se foutre de la tête des gens.

Pour voir la bande annonce, cliquez ici !

1 Commentaire à “« Arthur et la vengeance de Maltazard » de Luc Besson”

  ( Fil RSS pour ces commentaires)

Laisser un commentaire

  1. Je suis tout à fait d’accord. Daube intersidérale ^^’

    GentilChinois a dit ceci


news et infos sur la star s... |
>> Twilight |
SPIRALE |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | tous au ciné
| twilightsagaforyou
| twilight l'amour d'une saga!