Inscription Aller à: [ recherche ] [ menus ] [ contenu ] [ montrer/cacher plus de contenu ]



  • Accueil
  • > Archives pour octobre 2010

« Le Royaume de Ga’Hoole – La légende des gardiens » de Zack Snyder

Le Royaume de Ga'Hoole - la légende des gardiens

3 étoiles(7.5/10)

Le film suit Soren, une jeune chouette fascinée par les histoires épiques que lui racontait son père sur les Gardiens de Ga’Hoole, une bande de mythiques guerriers ailés qui avait mené une grande bataille pour sauver la communauté des chouettes des Sangs Purs. Après « 300″ et « Watchmen » et en attendant « Sucker Punch » l’année prochaine, Zack Snyder est de retour, à l’animation cette fois-ci avec l’adaptation de 3 des 12 romans du royaume de Ga’hoole  sur grand écran. Et le résultat est vraiment très encourageant. Le scénario est assez simplet mais très efficace et complet pour un film s’adressant à un public jeune. L’esthetique du film est tout simplement magnifique, il n’y a rien à dire et la 3D est vraiment utilisé pour quelque chose. Le long-métrage accumule de très belles séquences d’actions par un montage très bien travaillé qui nous permet de s’évader un petit peu (et une très bonne BO). En bref, « Le Royaume de Ga’hoole-la légende des gardiens » est un film d’animation assez réussi scénaristiquement et parfait esthetiquement.

Pour voir la bande annonce, cliquez ici !

.
 

« Les Petits mouchoirs » de Guillaume Canet

Les Petits mouchoirs

4 étoiles(9.1/10)

A la suite d’un événement bouleversant, une bande de copains décide, malgré tout, de partir en vacances au bord de la mer comme chaque année. Leur amitié, leurs certitudes, leur culpabilité, leurs amours en seront ébranlées. Ils vont enfin devoir lever les « petits mouchoirs » qu’ils ont posés sur leurs secrets et leurs mensonges. Guillaume Canet, déjà réalisateur du très bon thriller « Ne le dis à personne », parle des « petits mouchoirs » comme étant un film très personnel, le film de sa vie. C’est en effet une comédie grinçante, dramatique et pourtant remplie de bonheur qu’il nous offre. Des films de copains on en a vu et revu, mais des films comme celui-ci, vraiment très rarement. Il n’est pas qu’un long-métrage sur les vacances d’une bande de potes, il est bien plus : très réaliste et vraiment très proche de nous. Jamais un film n’a aussi bien parlé de l’amitié, n’a été aussi loin dans son propos. Le film pose de multiples questionnement sur ce qu’on est vraiment, sur ce que pèse l’amitié, les relations et en même temps de savoir ce qu’est vraiment l’amitié. Par des personnages assez aisés et très proches, en facade, Canet nous présente l’amitié comme quelque chose de vraiment faux, basé sur le mensonge etc. mais il montre en même temps la grande force qui fait que chacun se compléte à l’aide de l’autre notamment à travers le groupe ou le manque, l’absence comme c’est le cas du personnage de Marion Cotillard à propos de Ludo, à l’hopital à Paris, par Jean Dujardin. Que dire du casting et des acteurs. Ils sont tous fabuleux. On retrouve Francois Cluzet qui passe ses vacances à tout faire pour que chacun se sente bien chez lui, ou plutôt à raler après tout ce qui ne va pas dans sa maison pour se satisfaire lui même, mais en disant que c’est pour les autres. Benoit Magimel en homme ayant des sentiments plus que très forts en vers le personnage de François. Marion Cotillard en voyageuse qui multiplie les experiences au lit. Gilles Lelouche qui pense qu’à faire la fête et qui cache sa relation en peril avec sa copine. Laurent Lafitte en homme ayant toujours l’espoir de recevoir un texto de sa belle, ou plutôt de son ex, durant ces vacances. Bref, tous ces magnifiques acteurs meritent un césar pour leurs préstations incroyables, tout fonctionne tellement bien. Une fois rentré dans le film, les 2h35 passent comme une lettre à la poste et c’est que du bonheur entre rire et larmes. Pour ceux qui n’y rentrent pas, l’ennui, il faut l’avouer se fera ressentir. La vraie force de ce film en plus de parler d’un sujet avec tellement de verité et de profondeur, c’est de passer d’un registre à l’autre en dix secondes. En effet, on est sans cesse entre rire et larmes pendant le film avant de le terminer en sanglot. Prévoyez votre paquet de mouchoirs au cas-ou, n’étant pas été le seul à avouer verser des larmes dans la salle. « Les petits mouchoirs » ne peut pas laisser le spectateur comme il en est arrivé, c’est toute une remise en question qui se pose dès la sortie en plus d’être bouleversé, rempli de bonheur, d’amour et à la fois de tristesse si on se prend au jeu. En bref, « Les petits mouchoirs » est certainement un film qui restera à jamais dans le coeur de beaucoup de personnes tellement il est vrai, il est beau, il est drôle, tendre et bouleversant.

Pour voir la bande annonce, cliquez ici !

.
 

« Paranormal Activity 2″ de Tod Williams

Paranormal Activity 2

1 étoiles(3.8/10)

L’esprit démoniaque du premier Paranormal Activity est de retour, et c’est une nouvelle famille fraîchement installée dans une belle demeure qui va en faire les frais…Après le grand succés du premier épisode, il se devait que quelqu’un prenne en charge la suite du phénomène outre-atlantique « Paranormal Activity » afin de nous pondre une suite dix moi plus tard, pour Halloween. Plus de moyens, on passe de la petite maison de quartier à une petite villa, on troc la camera à la main contre des caméras de surveillances filmant la grande maison et le jardin en même temps. Mais sinon, celui-ci ne relève pas trop le niveau du premier, d’ailleurs, le suspense tombe souvant à plat contrairement au précédent qui jouait vraiment sur l’attente. Ici, on y croit, on veut avoir peur, mais rien arrive et on en est déçu. Pourtant on peut dire qu’il y avait matière à faire bien mieux. On pourra sauver peut-être les dernières vingt-minutes qui sont assez efficaces. Là ou le film est plus interressant, c’est qu’il ne s’agit pas d’une simple suite; le film se sert en effet du premier, l’histoire se passant quelque mois avant les événements du précédent opus. En bref, « Paranormal Activity 2″ n’est pas une suite à banir mais formatée pour plaire aux « fans » et ramasser encore beaucoup d’argent. Ca se comprend, mais dans les actions, on attendait mieux et on pouvait faire bien mieux.

Pour voir la bande annonce, cliquez ici !

.
 

« Paranormal Activity » de Oren Peli

Paranormal Activity

1 étoiles(3.7/10)

Un jeune couple suspecte leur maison d’être hantée par un esprit démoniaque. Ils décident alors de mettre en place une surveillance vidéo durant leur sommeil afin d’enregistrer les évènements nocturnes dont ils sont les victimes. Les images récupérées de septembre à octobre 2006 ont été montées en un film de 86 minutes, « Paranormal Activity ». Un budget de 15.000$ pour plus de 100 millions de $ de recettes rien qu’aux USA à l’automne 2009, le long-métrage a fonctionné grâce à un buzz énorme le montrant comme le film vraiment flippant, terrifiant qui a choqué tous les spectateurs etc. En tout cas la sauce à prise mais la déception se fait aussi bien ressentir surement du fait de s’attendre à ce que « Paranormal Activity » redefinisse le film d’horreur ou a suspense. Soit les Americains ont peur pour un rien, soit l’élan n’était que purement commercial. Bref, en tout cas, le film joue sur le suspense, et on y croit, ça fonctionne plutôt bien, même si les jeux d’acteurs sont médiocres, le côté paranormal et l’angoisse se fait ressentir mais de là à dire que l’on tient LE film d’horreur de la décennie, peut-être pas. En bref, en en attendant trop, « Paranormal Activity » déçoit bien qu’il soit assez efficace dans son genre, et surtout pour un film d’un budget minuscule.

Pour voir la bande annonce, cliquez ici !

.
 

« Little Miss Sunshine » de Jonathan Dayton et Valerie Faris

Little Miss Sunshine

3 étoiles(7.2/10)

L’histoire des Hoover. Le père, Richard, tente désespérément de vendre son « Parcours vers le succès en 9 étapes ». La mère, Sheryl, tente de dissimuler les travers de son frère, spécialiste suicidaire de Proust fraîchement sorti de l’hôpital après avoir été congédié par son amant. Les enfants Hoover ne sont pas non plus dépourvus de rêves improbables : la fille de 7 ans, Olive, se rêve en reine de beauté, tandis que son frère Dwayne a fait voeu de silence jusqu’à son entrée à l’Air Force Academy. Quand Olive décroche une invitation à concourir pour le titre très sélectif de Little Miss Sunshine en Californie, toute la famille décide de faire corps derrière elle. Les voilà donc entassés dans leur break Volkswagen rouillé : ils mettent le cap vers l’Ouest et entament un voyage tragi-comique de trois jours qui les mettra aux prises avec des événements inattendus…Un synopsis alléchant pour un film vraiment réussi. Cette famille quelque peu spéciale et déjantée se retrouve derrière la plus jeune, de 7 ans, qui se présente à l’autre bout du pays à un concours de beauté afin de voir son rêve se réaliser : y participer et gagner. Mais voilà que c’est toute la petite famille qui va s’unir malgré les problèmes de certains et ceux qu’ils vont rencontrés en chemin pour soutenir Olive. Entre rire et émotion, le film est un veritable petit bijou par son côté très simple, enfantin, naif et déjanté. En bref, « Little miss sunshine » est une comédie irresistible à voir pour ses acteurs, pour son scénario, pour nous redonner le sourire en une heure trente.

Pour voir la bande annonce, cliquez ici !

.
 

« La vie est belle » de Roberto Benigni

La Vie est belle

4 étoiles(8.6/10)

En 1938, Guido, jeune homme plein de gaieté, rêve d’ouvrir une librairie, malgré les tracasseries de l’administration fasciste. Il tombe amoureux de Dora, institutrice étouffée par le conformisme familial et l’enlève le jour de ses fiancailles avec un bureaucrate du regime. Cinq ans plus tard, Guido et Dora ont un fils: Giosue. Mais les lois raciales sont entrées en vigueur et Guido est juif. Il est alors deporté avec son fils. Par amour pour eux, Dora monte de son plein gré dans le train qui les emmene aux camps de la mort où Guido va tout faire pour éviter l’horreur à son fils…ou comment parler de la guerre de manière cruelle et incroyablemenent bouleversante par le biais de l’humour. Roberto Benigni est à coup sur le seul à avoir fait une telle chose; un film qui ne vieillit pas et qui, aujourd’hui encore, nous touche au plus profond à chaque vision. Il arrive à nous émouvoir, nous faire pleurer et rire mais comment peut-il arriver à nous faire rêver? Car oui, il y arrive. Ce réalisateur est à lui-même un personnage exceptionnel. « La vie est belle » est un film d’une grande rareté, un pur chef d’oeuvre de Roberto Benigni.

.
 

« Arthur 3 – La guerre des deux mondes » de Luc Besson

Arthur 3 La Guerre des Deux Mondes

1 étoiles(4.9/10)

Maltazard a réussi à se hisser parmi les hommes. Son but est clair : former une armée de séides géants pour imposer son règne à l’univers. Seul Arthur semble en mesure de le contrer… à condition qu’il parvienne à regagner sa chambre et à reprendre sa taille habituelle ! Bloqué à l’état de Minimoy, il peut évidemment compter sur l’aide de Sélénia et Bétamèche, mais aussi – surprise ! – sur le soutien de Darkos, le propre fils de Maltazard, qui semble vouloir changer de camp. A pied, à vélo, en voiture et en Harley Davidson, la petite troupe est prête à tout pour mener le combat final contre Maltazard. Et bien voilà une fin qui sauve un peu l’honneur. Après un premier épisode très plaisant et amusant, un second volet inutile et pompe à fric, cette troisième et dernière aventure n’offre rien de nouveau ou d’exceptionnel, mis à part peut-être de la dynamique et du contenu qui plaira au jeune public. Contrairement au second, ça fait du bien d’entendre des enfants rigoler devant celui-ci,  et même si, il est vrai, il n’y a aucun temps mort et beaucoup d’actions, qui ne laisseront pas les plus petits sur le bord de la route, le peu d’originalité et les éléments « trop faciles » ne tarderont pas à provoquer les baillements des spectateurs. Outre le fait que Besson soigne encore une fois l’esthetique parfaite du film, le côté marketing reste trop présent avec un recapitulatif assez minable en début de film rappellant les deux premiers episodes et les pubs à mc do à plusieurs reprises par exemple. En bref, ce qui compte c’est que les petits apprécient, et c’est le cas, ce dernier volet même si il est vraiment temps que ça se termine.  

Pour voir la bande annonce, cliquez ici !

.
 

« Arthur et la vengeance de Maltazard » de Luc Besson

Arthur et la vengeance de Maltazard

0 (1.9/10)

Arthur est au comble de l’excitation : c’est aujourd’hui la fin du dixième cycle de la Lune, et il va enfin pouvoir regagner le monde des Minimoys pour y retrouver Sélénia. Dans le village, tout est prêt pour l’accueillir : un grand banquet a été organisé en son honneur, et la petite princesse a passé sa robe en pétales de rose… C’est sans compter le père d’Arthur, qui choisit précisément ce jour tant attendu pour quitter plus tôt que prévu la maison de sa grand-mère. Au moment du départ, une araignée dépose dans les mains du jeune garçon un grain de riz sur lequel est gravé un message de détresse. Pas de doute, Sélénia est en danger, et Arthur n’a plus qu’une idée en tête : voler à son secours ! Quitte à employer un passage de fortune, tomber tête la première dans le bar de Max, se heurter aux troupes de Kröb, le nouveau tyran des Sept Terres, secourir Bétamèche, combattre des rats, des grenouilles, des araignées velues… et découvrir, une fois arrivé au village des Mimimoys, qu’aucun message de secours ne lui a été envoyé ! Mais qui donc a bien pu piéger ainsi notre jeune héros ? Quatre ans après un premier volet qui ne volait, certes, pas très haut, mais qui avait le mérite de divertir un moment grâce à une dynamique et un graphisme quasi parfait, ce deuxième opus, sorti fin 2009, est vraiment, au contraire, au ras des paquerêttes, c’est le cas de le dire. Rien ne se passe, c’est ultra creux, cet « Arthur et la vengeance de Maltazard » n’est qu’une pauvre bande annonce, un coup de pub pour annoncer le troisième opus, prévu pour fin 2010, rien d’autre. Durant un premier quart d’heure, on retrouve toute la famille du jeune héros dans la maison de la grand-mère, ou les situations ne frôlent même pas le ridicule puisqu’elles le sont, ou les dialogues sont navrant et la mise en scéne affreuse. Il arrive ensuite, et ce pendant plus d’une heure, l’arrivée du jeune garçon dans le pays des minimoys, ou l’heure des retrouvailles sonne, sans interêt, ou alors cinq minutes. Sans cesse le spectateur se demande quand est-ce que le film va démarrer. Et voilà qu’il ne reste qu’un léger quart d’heure, ou l’on voit…Maltazard (un plan ou deux de lui sur tout le film, embêtant vu le titre de cet épisode). Et bien gentillement, pour bien nous faire regretter notre place, voici que l’on apprend qu’il faudra se repointer dans quelques mois, payer une nouvelle place pour voir l’action qui se préparait pendant une heure et demi sans que rien n’arrive. C’est alors que l’on prend conscience de l’arnaque du film; même pas drôle, d’un graphisme plutôt très convenable mais c’est tout. Luc Besson vient de réaliser un navet sans nom, une pompe à fric; et le pire c’est que ça a marché. Enfin, l’énervement des spectateurs à aussi, bien fonctionné et portera, espèrons, préjudice au troisième volet afin de bien montrer qu’il y a des limites au cinéma et qu’il ne faut pas se foutre de la tête des gens.

Pour voir la bande annonce, cliquez ici !

.
 

« Elle s’appelait Sarah » de Gilles Paquet-Brenner

Elle s'appelait Sarah

2 étoiles (6.0/10)

Julia Jarmond, journaliste américaine installée en France depuis 20 ans, enquête sur l’épisode douloureux du Vel d’Hiv. En remontant les faits, son chemin croise celui de Sarah, une petite fille qui avait 10 ans en juillet 1942. Ce qui n’était que le sujet d’un article devient alors, pour Julia, un enjeu personnel, dévoilant un mystère familial. Comment deux destins, à 60 ans de distance, vont-ils se mêler pour révéler un secret qui bouleversera à jamais la vie de Julia et de ses proches ? La vérité issue du passé a parfois un prix dans le présent…Comment, en voyant « Elle s’appelait Sarah », ne pas repenser au récent « La Rafle » sorti en Mars 2009? Les deux films sont très proches et racontent deux histoires differentes, deux series de destins différents sur le même évenement qu’était la rafle du vel’ d’hiv’. Sur cette première partie, le film de Gilles Paquet-Brenner est assez puissant en aliénant très bien les deux histoires parralléles, en 1942 et en 2009. Mais l’emotion laisse place à la lassitude au fur et à mesure; dans une seconde partie, on pert le charme même si on reste captivé un temps à l’intrigue bien que ça patauge un peu, d’ou la possible lassitude. Au final, le film reste très bon et rempli son contrat : celui de la mémoire.

Pour voir la bande annonce, cliquez ici !

.
 

« Moi, moche et méchant » de Pierre Coffin et Chris Renaud

Moi, moche et méchant

3 étoiles(7.2/10)

Dans un charmant quartier résidentiel délimité par des clôtures de bois blanc et orné de rosiers fleurissants se dresse une bâtisse noire entourée d’une pelouse en friche. Cette façade sinistre cache un secret : Gru, un méchant vilain, entouré d’une myriade de sous-fifres et armé jusqu’aux dents, qui, à l’insu du voisinage, complote le plus gros casse de tous les temps : voler la lune (Oui, la lune !)… Gru affectionne toutes sortes de sales joujoux. Il possède une multitude de véhicules de combat aérien et terrestre et un arsenal de rayons immobilisants et rétrécissants avec lesquels il anéantit tous ceux qui osent lui barrer la route… jusqu’au jour où il tombe nez à nez avec trois petites orphelines qui voient en lui quelqu’un de tout à fait différent : un papa. Le plus grand vilain de tous les temps se retrouve confronté à sa plus dure épreuve : trois fillettes prénommées Margo, Edith et Agnes. Surfant sur un humour efficace, des personnages attachants et charmants ainsi que des situations cocasses ou émouvantes, « Moi, moche et méchant » réunit tous les ingrédients indispensables à un bon film d’animation. Contrairement à d’autres, celui-ci plaira sans aucun doute aux enfants mais aussi aux plus grands en plus d’être visuellement très bon. En bref, « Moi, moche et méchant » est un film d’animation familiale en 3D parfait pour passer un bon moment, qui se differencie bien grâce à sa grande originalité.

Pour voir la bande annonce, cliquez ici !

.
 
123

Navigation


news et infos sur la star s... |
>> Twilight |
SPIRALE |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | tous au ciné
| twilightsagaforyou
| twilight l'amour d'une saga!