Inscription Aller à: [ recherche ] [ menus ] [ contenu ] [ montrer/cacher plus de contenu ]



  • Accueil
  • > Archives pour juillet 2010

« Phénomènes paranormaux » de Olatunde Osunsanmi

Phénomènes Paranormaux

1 étoiles(4.5/10)

En Alaska, des disparitions inexpliquées se produisent régulièrement depuis les années 1960. Malgré plusieurs enquêtes du FBI, la vérité n’a jamais été découverte; jusqu’à maintenant… C’est dans cette région reculée que le psychologue Abigail Tyler décide de filmer les séances d’hypnoses qu’elle mène avec des patients traumatisés afin de comprendre les raisons de leurs insomnies et peurs nocturnes. Sans le vouloir, elle va mettre à jour les preuves les plus troublantes jamais documentées sur ces mystérieuses disparitions…Dans la lignée de « Paranormal Activity », « Phénomènes paranormaux » se révèle être bien plus interressant; pas forcement au niveau scénaristique, ou, dans les deux cas, on est face à quelque chose de très léger mais au niveau de la réalisation et de l’idée. En effet, en mélangeant des images d’époques de faits réels ( ou du moins en nous faisant croire à une base réelle) et la fiction, le spectateur ne peut qu’être interressé et porté par la curiosité tout au long du film qui n’est pas pour autant très flippant ou alors être complétement laissé de côté tellement ça paraît des fois tellement faux; d’ailleurs, le final déçoit énormément. Petite mention spéciale tout de même au début du film très innovant ou Milla Jovovich s’adresse aux spectateurs et au générique de fin. En bref, « Phénomènes paranormaux » est un film qui conviendra à ceux qui ont aimé « Paranormal Activity »; pour les autres, passez votre chemin.

Pour voir la bande annonce, cliquez ici !

.
 

« Le Dernier Maître de l’air » de M. Night Shyamalan

Le Dernier maître de l'air

0   (3.0/10)

Air, Eau, Terre, Feu : l’équilibre du monde bascule par une guerre sauvage engagée depuis un siècle déjà par la Nation du Feu contre les trois autres nations. Mettant au défi son courage et son aptitude au combat, Aang découvre qu’il est le nouvel Avatar, seul être capable de maîtriser les quatre éléments. Il s’allie à Katara, un Maître de l’Eau, et à son frère aîné Sokka, afin de stopper la Nation du Feu avant qu’il ne soit trop tard…Après « La jeune fille de l’eau » et « Phénomènes », M. Night Shyamalan est de retour dans un genre nouveau : celui du blockbuster; avec l’adaptation du manga « The Last Airbender » et comme l’on pouvait le craindre, c’est pas ça; on aimera ou on aimera pas, c’est catégorique, le film est trop faux pour essayer de sauver quoi que ce soit mis à part l’univers et les décors. En effet, le scénario est digne d’un mauvais Disney (cf « Prince Of Persia ») ou rien ne se passe…ou presque, seulement deux ou trois scénes sortent du lot et encore, elles tombent vite à l’eau; tout ceci servi avec des répliques toutes droits inspirées de « Twilight » qui ne pourront provoquer chez le spectateur que du rire à défaut de provoquer de l’envie, de la curiosité. Avec une 3D vraiment inutile et des effets speciaux de temps à autres passables, le réalisateur s’est planté en faisant le choix de cette adaptation, on devrait d’ailleurs plutôt parler d’inspiration que d’adaptation, m’enfin. Peu de choses sauvent le film de la noyade totale, même les acteurs ne sont pas du tout à la hauteur, mis à part le jeune jouant l’avatar. Enfin, l’univers et l’ambiance que l’on retrouve à chaque film de Shyamalan à completement disparu dans celui-ci et c’est sans parler de la fin vraiment ridicule, comme-ci on allait s’ecrier « Oh non, on veux la suite maintenant! », bien au contraire, c’est très bien une fois que c’est terminé. En bref, « Le dernier maitre de l’air » est un blockbuster pas du tout convainquant qui multiplie les maladresses à tous les niveaux.

Pour voir la bande annonce, cliquez ici !

.
 

« L’Age de raison » de Yann Samuell

L'Age de raison 

3 étoiles(7.5/10)

« Chère moi-même, aujourd’hui j’ai 7 ans et je t’écris cette lettre pour t’aider à te souvenir des promesses que je fais à l’âge de raison et aussi te rappeler ce que je veux devenir… » Ainsi commence la lettre que Margaret, femme d’affaires accomplie, reçoit le jour de ses 40 ans. Après son « Jeux d’enfants », Yann Samuelle signe son retour avec un film tout aussi original, prenant et plein de poèsie. « L’Age de raison » retrace la vie d’une femme consacrant sa vie entière à son travail, ne laissant pas le temps pour profiter de ses amours ou d’envisager un bébé et qui va être perturbée par des lettres écrites durant son enfance. Peu à peu sa dignité va y passer et elle s’interressera à cela en se demandant qu’est-ce que c’est veritablement de grandir par exemple. A travers une mise en scéne magnifique, un scénario tenace et beau et une bande originale au poil, Yann Samuell nous pose veritablement des questions sur l’enfance, le souvenir qu’on y porte, les rêves d’enfants. Après des succés comme « Lol », Sophie Marceau est une fois de plus parfaite en femme d’affaire, grande actrice tout simplement. En bref, « L’Age de raison » est une réussite sur tous les niveaux, un film qui se regarde simplement mais avec beaucoup d’émotions.

Pour voir la bande annonce, cliquez ici !

.
 

« The Last Song » de Julie Anne Robinson

The Last Song

2 étoiles (6.7/10)

Une adolescente rebelle est envoyée chez son père avec son petit frère pour passer l’été en sa compagnie au bord de la mer. Succés à sa sortie aux Etats-Unis à défaut d’être visible au cinéma en France, comme « The Blind Side » avec Sandra Bullock pour n’en citer qu’un récent, « The Last Song » est un film léger mais surprenant dans les thèmes qu’il aborde : l’amour certes mais il traite aussi de la famille, des différentes relations humaines, dans la lignée de « Cher John » qui lui s’interressait à l’amour, mais aussi plus particulièrement à la guerre. Le long-mètrage suit cette adolescente, jouée par Miley Cyrus, et ses vacances estivales au bord de l’eau entre rires et larmes, rencontres et problèmes, ou certaines choses pourraient paraître clichés mais qui sont évités par des moyens de mises en scènes interressants et des dialogues parfois plus percutants. Toutefois quelques maladresses scénaristiques se font ressentir mais la veritable force du film réside en Miley Cyrus, dans un rôle qui lui colle parfaitement bien à la peau, qui fait murir son personnage tout au long du film, qui laisse passer toutes les émotions, et qui confirme ou plutot dois-je dire exploite comme il faut ses talents d’actrices (surjeu dans « Hannah Montana : Le film » par exemple mais c’est le rôle qui lui devait d’être comme cela après tout). Il ne faut pas mettre ce film avec les autres du même genre pour plaire aux fans, ce film doit vraiment être pris au serieux et beaucoup de choses doivent être retenues après une fin plutôt très émouvante. En bref, « The Last Song » est un film qui se regarde avec beaucoup de plaisir, qui laisse paraître de differentes émotions tout du long et qui aborde des sujets importantes, tout ceci portés par des acteurs doués et prometteurs.

Pour voir la bande annonce, cliquez ici !

.
 

« Inception » de Christopher Nolan

Inception

4 étoiles(9.4/10)

Dom Cobb est un voleur expérimenté – le meilleur qui soit dans l’art périlleux de l’extraction : sa spécialité consiste à s’approprier les secrets les plus précieux d’un individu, enfouis au plus profond de son subconscient, pendant qu’il rêve et que son esprit est particulièrement vulnérable. Très recherché pour ses talents dans l’univers trouble de l’espionnage industriel, Cobb est aussi devenu un fugitif traqué dans le monde entier qui a perdu tout ce qui lui est cher. Mais une ultime mission pourrait lui permettre de retrouver sa vie d’avant – à condition qu’il puisse accomplir l’impossible : l’inception. Au lieu de subtiliser un rêve, Cobb et son équipe doivent faire l’inverse : implanter une idée dans l’esprit d’un individu. S’ils y parviennent, il pourrait s’agir du crime parfait. Et pourtant, aussi méthodiques et doués soient-ils, rien n’aurait pu préparer Cobb et ses partenaires à un ennemi redoutable qui semble avoir systématiquement un coup d’avance sur eux. Un ennemi dont seul Cobb aurait pu soupçonner l’existence. Avec un sujet quasiment inédit et un scénario d’une complexité, aux premiers abords, juste bien dosé; mais aux seconds abords, se veut en fait être beaucoup plus complexe que cela ou des réponses ne seront pas forcements données à la fin, laissant le spectateur penser ce qu’il veut pour pouvoir êmettre toutes possibilités. Quelque chose que l’on a pu déjà vivre cette année avec un autre film, d’une grande maîtrise par Scorsese, « Shutter Island ». D’ailleurs, l’acteur vedette de ces deux films magistraux, Leonardo DiCaprio, est encore une fois parfait dans son interpretation, tout comme le reste du casting, notamment la jeune Ellen Page que l’on a pu découvrir dans « Bliss » ou notre frenchie Marion Cotillard. Pour en revenir au film en lui-même sans spoiler quoi que ce soit, on pourra juste dire qu’il se compose en deux parties : la première est très interressante, les analyses sur l’extraction et l’inception sont mises en avant et de manière très fascinante; elle est aussi une introduction au braquage avec par exemple la composition de l’equipe : l’architecte, le chimiste etc. La seconde partie ce concentre sur ce braquage du subconsciant et dure une bonne heure, une bonne heure durant laquelle le film s’enchaîne dans la perfection, avec énormèment d’actions, d’idées, d’images magnifiques et portée par une bande originale excellente de Hans Zimmer. En bref, deux ans après le déjà très bon « The Dark Knight », Christopher Nolan nous coupe le souffle une fois de plus en réalisant ce chef-d’oeuvre, cet ovni dont on risque d’en entendre parler de nombreuses années, « Inception ».

Pour voir la bande annonce, cliquez ici !

.
 

« L’Exorciste : au commencement » de Renny Harlin

au commencement

1 étoiles(3.5/10)

Le Père Lankester Merrin est hanté par le souvenir des atrocités commises durant la Deuxième Guerre mondiale. Sentant sa foi l’abandonner, il quitte sa Hollande natale et part effectuer en Afrique un voyage de la dernière chance – un pèlerinage. Au Caire, Merrin est abordé par un amateur d’antiquités rares qui lui propose de rejoindre un chantier archéologique au Kenya. Dans la lointaine province de Turkana, les Anglais viennent de faire une découverte des plus troublante : une église byzantine parfaitement conservée. Misant sur les compétences archéologiques acquises par Merrin à Oxford, le collectionneur espère dénicher le premier une ancienne relique dissimulée dans l’église. Mais, sous l’église, sommeille une entité diabolique qui n’attend qu’un signe pour s’éveiller et répandre à nouveau sur Terre le sang, la mort et les plus abominables violences…Un sujet attrayant, un synopsis excitant, une intrigue qui se met en place rapidement mais un film peu convainquant. Même si toutefois le spectateur est porté du début à la fin grâce à un scénario, au départ, eveillant notre curiosité, tel une saga de l’été dont on veut toujours savoir la suite et percer LE mystère, le film se laisse regarder malgré une fin plutôt décevante. De plus, bien que la réalisation a voulu être soignée, les effets speciaux sont médiocres, ce qui n’aide pas à l’adheration au film. Enfin, quelques scénes pouvant être tout de même marquantes, un temps, on ne gardera pas de grandes frayeurs en y repensant. En bref, « L’Exorciste – Au commencement », qui retourne aux origines, déçoit, non pas pour son ambiance et, va t’on dire son scénario (?), mais plus pour ce qui est réalisation, dialogues etc. Un film d’horreur (?) parmi tant d’autres.

.
 

« Predators » de Nimrod Antal

Predators

2 étoiles (5.8/10)

Royce, un mercenaire, se retrouve obligé de mener un groupe de combattants d’élite sur une planète étrangère. Ils vont vite comprendre qu’ils ont été rassemblés pour servir de gibier. A une exception près, tous sont des tueurs implacables – des mercenaires, des yakuzas, des condamnés, des membres d’escadrons de la mort ; des « prédateurs » humains qui sont à présent systématiquement traqués et éliminés par une nouvelle génération de Predators extraterrestres. Après un « Aliens VS Predators » très décevant il y a quelques années, celui de Nimrod Antal n’est pas mémorable mais tient la route. Le scénario, simple et prévisible garde le spectateur en haleine et ce, grâce à un montage efficace et une réalisation plutôt soignée. On reprochera toutefois à celui-ci le manque de suspens et d’adrenaline, le réalisateur aurait pu aller encore bien plus loin. En bref, « Predators » est un film de genre efficace, sympathique, qui se regarde mais qui risque de très vite être oublié.

Pour voir la bande annonce, cliquez ici !

.
 

« L’Autre monde » de Gilles Marchand

L'Autre monde

2 étoiles (6.1/10)

C’est l’été dans le Sud de la France. Gaspard est un adolescent heureux qui partage son temps entre ses amis et sa copine, Marion. Mais Gaspard va rencontrer Audrey et sa vie va basculer. Car Audrey est belle, sombre et double. Sur un jeu en réseau elle se fait appeler Sam et cherche un partenaire pour mourir. Pour tenter de l’approcher Gaspard se crée lui aussi un avatar, Gordon, et part la retrouver dans Black Hole. Présenté au festival de Cannes en mai dernier, ce film à l’apparence étrange par son scénario et par son esthetique peut-on dire différent à divisé la critique. Certaines choses sont à reprocher à ce long bien evidemment mais d’autres éléments feront de lui une petite réussite à commencer par la mise en scéne et l’univers incroyable crée en image de synthése, Black Hole : un autre monde fabuleux, inquiétant et pleins de secrets (en pensant par exemple a la fabuleuse plage noire). Et comme l’affiche du film, certaines scénes ou certains plans sont très interressants, en pensant à celle de la piscine, ainsi que le choix de mise en scéne fait concernant le cauchemar de Gaspard, très bien porté par Grégoire Leprince-Ringuet, déjà aperçu notamment dans des films de Christophe Honoré qui tient un rôle clé, un jeune homme qui a tout pour vivre sa vie comme il l’entend : résidant dans un beau quartier, une copine qui l’aime, du soleil, des amis très présents; mais qui va se brouiller, se perdre dans ses idées et dans ses sentiments à cause d’une rencontre très particulière avec une femme mysterieuse mais fascinante. Au contraire des personnages secondaires qui pataugent dans leur jeu, malheureusement peu aidés par des dialogues parfois trop lisses, Louise Bourgoin confirme une fois de plus ses talents d’actrice après avoir interprêté une Adéle Blanc Sec parfaite il y a quelques mois; la profondeur du film, éffacant les différentes maladresses notamment dans la première partie du film, trouve toute son explication dans le rôle que la jeune femme tient (sans mettre de côté l’esthétique très particulière et une bande originale collant parfaitement a l’ambiance froide du film). Par ce film, contrairement à ce que certains pensaient, Gilles Marchand ne fait pas un film sur un jeu vidéo ou même une critique d’un monde qui nous entoure de plus en plus mais cet univers n’est qu’un prétexte à l’histoire réelle et montre le poids que cela peut prendre dans la vie du quotidien de quelqu’un qui se fascine, du jeu vidéo ou d’une femme. En bref, « L’Autre monde » garde le spectateur en haleine grâce à une mise en scéne particulièrement bien pensé à défaut de quelques inégalités dans le scénario.

Pour voir la bande annonce, cliquez ici !

.
 

« Toy Story 3″ de Lee Unkrich

Toy Story 3

4 étoiles(8.9/10)

Les créateurs des très populaires films Toy Story ouvrent à nouveau le coffre à jouets et invitent les spectateurs à retrouver le monde délicieusement magique de Woody et Buzz au moment où Andy s’apprête à partir pour l’université. Délaissée, la plus célèbre bande de jouets se retrouve… à la crèche ! Les bambins déchaînés et leurs petits doigts capables de tout arracher sont une vraie menace pour nos amis ! Il devient urgent d’échafauder un plan pour leur échapper au plus vite. Quelques nouveaux venus vont se joindre à la Grande évasion, dont l’éternel séducteur et célibataire Ken, compagnon de Barbie, un hérisson comédien nommé Larosse, et un ours rose parfumé à la fraise appelé Lotso. En voyant le projet arriver à grands pas, la crainte de rester sur notre faim et de perdre la magie des deux premiers films a pu se faire ressentir mais on peut faire confiance à Pixar dont on est, et dont on ne sera jamais déçu. Tout est là et c’est avec rire mais aussi beaucoup d’émotions que l’on retrouve cette bande de jouets déjantés et un Andy qui a grandi, comme tous les fans qui ont étés berçés par les deux premiers épisodes. Malgrè une 3D purement inutile, l’esthetique du film, comme à chaque métrage Pixar, à chaque fois diffèrente, est parfaite et rien n’est laissé au hasard, le moindre détail est très important. Côté scénario, entre une scéne d’introduction excellente et un rythme constant, entre passages drôles et passages plus serieux, l’histoire de ce troisième volet tant attendu était celle qu’il fallait et sans rien y changer. Il y a des moments ou la vie doit evoluer, ou l’on doit se séparer de certaines choses ou de certaines personnes très importantes pour soi, ce que Woody n’arrive pas ou ne veux pas comprendre en souhaitant rester toujours auprès de son Andy et ce, contrairement aux autres qui doivent couper le cordon, chose à quoi ils étaient préparés. Même si de nouveaux jouets font leur apparitions comme Barbie & Ken ou Lotso, tous les personnages sont encore une fois très attachants et c’est avec plaisir qu’on les retrouve pour cette nouvelle aventure qui promet de grandes choses jusqu’à la fin du générique : les créateurs de chez Pixar ont voulu s’eclater et s’amuser comme des gosses et c’est réussi; encore un grand film d’animation après « Ratatouille », « Wall-E » ou encore « La-haut ». En bref, « Toy Story 3″ est un chef-d’oeuvre de l’animation, on peut le dire : l’histoire parfaite et justement dosé et rythmé pour le troisième épisode d’une saga ayant conquis le coeur de nombreux enfants.

Pour voir la bande annonce, cliquez ici !

.
 

« Je vous aime très beaucoup » de Philippe Locquet

Je vous aime très beaucoup

0 (2.9/10)

A la mort de leur mère qu’ils n’ont pas connue, trois demi-frères de 8, 15 et 17 ans ayant grandi dans des milieux différents, se rencontrent pour la première fois. Ils passeront les grandes vacances ensemble chez la Nonna, leur grand-mère, entre secrets et lapins, polenta et coups tordus, aventures et premières fois. « Je vous aime très beaucoup » ou comment, en l’espace d’une heure et demie, nous sortir tous les clichés pas possibles sur les vacances, l’adolescence, la vie à la campagne entre autres…Malgrè l’envie de bien vouloir tout faire correctement et la bonne humeur qui se dégagent dans certaines parties du film de la part du casting, notamment le plus jeune des enfants mais également de celle de Firmine Richard, le long métrage se perd que ce soit dans le scénario banal ou dans la mise en scéne, inexistante. Un film dont on aurait pris plus de plaisir à voir si on avait pas payer dix euros juste avant. En bref, « Je vous aime très beaucoup » devrait plutôt être classé comme « Téléfilm » du lundi soir sur TF1 que d’un long-métrage de cinéma.

Pour voir la bande annonce, cliquez ici !

.
 
12

Navigation


news et infos sur la star s... |
>> Twilight |
SPIRALE |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | tous au ciné
| twilightsagaforyou
| twilight l'amour d'une saga!