Inscription Aller à: [ recherche ] [ menus ] [ contenu ] [ montrer/cacher plus de contenu ]



« Robin des Bois » de Ridley Scott

Robin des Bois

3 étoiles(7.8/10)

 À l’aube du treizième siècle, Robin Longstride, humble archer au service de la Couronne d’Angleterre, assiste, en Normandie, à la mort de son monarque, Richard Coeur de Lion, tout juste rentré de la Troisième Croisade et venu défendre son royaume contre les Français. De retour en Angleterre et alors que le prince Jean, frère cadet de Richard et aussi inepte à gouverner qu’obnubilé par son enrichissement personnel, prend possession du trône, Robin se rend à Nottingham où il découvre l’étendue de la corruption qui ronge son pays. Il se heurte au despotique shérif du comté, mais trouve une alliée et une amante en la personne de la belle et impétueuse Lady Marianne, qui avait quelques raisons de douter des motifs et de l’identité de ce croisé venu des bois. Robin entre en résistance et rallie à sa cause une petite bande de maraudeurs dont les prouesses de combat n’ont d’égal que le goût pour les plaisirs de la vie. Ensemble, ils vont s’efforcer de soulager un peuple opprimé et pressuré sans merci, de ramener la justice en Angleterre et de restaurer la gloire d’un royaume menacé par la guerre civile. Brigand pour les uns, héros pour les autres, la légende de « Robin des bois » est née. Longtemps après « Gladiator » et quelques années après « American Gangster », Ridley Scott et Russel Crowe se réunissent une nouvelle fois sur un plateau de tournage pour cette adaptation cinématographique d’une légende connue de tous : Robin des Bois. Film d’ouverture au festival de Cannes 2010, ce film épique et historique emerveille par sa beauté mais aussi par ses scènes très efficaces d’action par exemple et sur ce point-ci Scott n’en fait pas trop : il trouve le juste milieu de tout; il parle d’amour, de guerre auquel il méle un peu d’humour et ça fonctionne. C’est avec plaisir que l’on suit l’histoire de cet homme, magistralement bien joué par Russel Crowe, ou dois-je plutôt dire son destin. Cate Blanchett est époustouflante également et nous pouvons être fiers de notre française dans le film : Léa Seydoux. Au niveau scénaristique rien à dire, au niveau des décors non plus, c’est parfait, on y croit, on rentre dans le film dès les premières minutes jusqu’à découvrir un final à couper le souffle à tous les niveaux (autant pour l’histoire que pour le montage des séquences). On peut y voir c’est vrai quelques ressemblances avec « Gladiator » mais il faut prendre le film comme il est, un très bon divertissement. A noter mon adoration pour le générique de fin que je trouve très beau artistiquement. En bref, ce « Robin des Bois » revisité par Ridley Scott est une réussite qui ne déçevra certainement pas les fans ou ceux qui veulent découvrir comment est née cette légende que l’on connaît tous.

Pour voir la bande annonce, cliquez ici !

.
 

« Mammuth » de Gustave Kervern et Benoît Delépine

Mammuth

3 étoiles(7.9/10)

 Serge Pilardosse vient d’avoir 60 ans. Il travaille depuis l’âge de 16 ans, jamais au chômage, jamais malade. Mais l’heure de la retraite a sonné, et c’est la désillusion : il lui manque des points, certains employeurs ayant oublié de le déclarer ! Poussé par Catherine, sa femme, il enfourche sa vieille moto des années 70, une  » Mammut  » qui lui vaut son surnom, et part à la recherche de ses bulletins de salaires. Durant son périple, il retrouve son passé et sa quête de documents administratifs devient bientôt accessoire…Voilà que le duo Kerven/Delépine s’est à nouveau réuni, deux ans après « Louise Michel » pour une comédie simple mais très original et surtout très bien maitrisé. Le scénario qui va à l’essentiel et qui n’en fais pas trop est d’une justesse incroyable; les informations sont ciblées, certaines vites mais suffisamment bien racontées (le départ à la retraite de Mammouth). La simplicité du scénario en est aussi la force : le but n’est pas d’en mettre pleins les yeux au spectateurs ou de montrer juste pour montrer; ici, tout est réaliste et ça fonctionne (on croirait voir un documentaire). La variance entre comédie et émotion s’emboîte à merveille. « Mammuth » est un road-movie léger, qui donne le sourire et qui parle de choses fortes : la retraite et le monde du travail de nos jours, et ce, à travers des personnages secondaires forts autant dans leur caractère que dans leur motif d’avoir une place dans le film. Enfin, que dire de Gérard Depardieu qui excelle dans un de ses plus beaux rôles jouant un personnage très froid et distant au début puis qui révèle ses failles et sa douceur par la suite derrière une bande son qui rock autant que le moteur de la « Mammut ». Et Yolande Morreau…parfaite dans « Louise-Michel » et encore une fois à son meilleur ici grâce à sa fraicheur et sa sensibilité. En bref, « Mammuth » est une comédie sociale à la fois simple et très profonde entre rires et émotions réalisé brillamment par un duo de réalisateurs au top et des acteurs géniaux.

Pour voir la bande annonce, cliquez ici !

.
 

« L’amour c’est mieux à deux » de Dominique Farrugia et Arnaud Lemort

L'Amour c'est mieux à deux

1 étoiles (3.9/10)

Michel rêve d’une rencontre parfaite, totalement due au hasard comme l’ont connu ses parents et ses grands-parents, alors que Vincent applique à la lettre l’adage qui dit que les hommes ont un sexe à la place du cerveau. Amis d’enfance aux visions diamétralement opposées sur les femmes ils découvriront les limites de leurs raisonnements respectifs au contact d’Angèle et de Nathalie. Après de nombreuses années d’absence derrière la caméra, Dominique Farrugia s’associe à Arnaud Lemort pour mettre à flots cette comédie romantique drôle, fraîche et réussie s’appuyant sur l’aide de Franck Dubosc pour les dialogues parrait-il. Et tout fonctionne pour le mieux : un scénario qui sonne juste mélant des situations comiques, à en pleurer de rire, et des passages romantiques assez bien pensés et originales (même la scène de fin, qui est du vu et revu, du moins au départ, se trouve être assez innovante). Tout ceci sans tomber dans le ridicule de la comedie romantique basique américaine, quoique un peu naive sur les bords tout de même. Egalement, toute la troupe d’acteurs fait transperser à travers l’écran le bonheur qu’ils ont eut à tourner ce métrage, ce qui fait aussi la petite réussite de ce film; qui, outre l’incroyable performance de Clovis Cornillac, révèle d’autres talents, notamment ceux de Virginie Efira, Manu Payet, Shirley Bousquet ou encore Jonathan Lambert. Entre moments « parodiques », véritable reprèsentation de comment « fonctionnent » les couples modernes d’aujourd’hui et un espace temporel maîtrisé, on prend plaisir à regarder cette réalisation qui n’est pas un chef d’oeuvre mais qui dégage assez de sympathie, de bonheur et d’amour pour recharger nos batteries en une heure trente. En bref, « L’amour c’est mieux à deux » est une comédie romantique française reflétant très bien les relations des années 2000 à travers un scénario bien foutu, des passages hilarants et des acteurs qui donnent le meilleur d’eux-mêmes.

Pour voir la bande annonce, cliquez ici !

.
 

« Imogène McCarthery » de Alexandre Charlot et Franck Magnier

 Imogène McCarthery

1 étoiles(4.2/10)

Elle est rousse. Elle est écossaise. Elle aime le rugby et la cornemuse. Elle vit à Londres, mais se considère en exil. Elle a un fichu caractère et une sacrée descente au whisky. Elle s’appelle Imogène McCarthery ! En ce beau jour de mai 1962, Imogène, vient une nouvelle fois d’humilier son supérieur hiérarchique. C’est l’esclandre de trop. Dans le bureau de Sir Woolish, le grand patron, Imogène s’attend à être congédiée… Contre toute attente, elle se voit confier une mission secrète : convoyer les plans d’un nouvel avion de guerre jusqu’à un contact en Ecosse, dans son village natal ! Quelle coïncidence ! Imogène agent secret… Voilà de quoi en remontrer à ces satanés Anglais et faire la fierté de son défunt père. En montant dans le train qui la ramène au pays, Imogène ignore ce qui l’attend : une machination qui la dépasse, trois agents bolchéviques sans pitié, mais surtout, Samuel Tyler, son grand amour de jeunesse brisé par un terrible secret. Personnage d’une serie de romans policiers des années 60 écrite Charles Exbrayat, Imogène McCarthery et ses aventures se voient adaptées au cinéma par deux scènaristes des « Guignols de l’info ». Et c’est Catherine Frot qui prend les traits de cette femme detestable et/ou (surtout) adorable, drôle. L’interprétation de l’actrice est encore une fois très bonne avec beaucoup de finesse et de rigueur et c’est elle qui sauve le film du naufrage. En effet, par des répliques assez tordantes et des situations cocasses, elle porte le film à elle seule malgré un scènario beaucoup trop léger et un film trop court au final (tout juste 1h20 avec le générique de fin). On notera les clins d’oeil à La panthère rose par exemple ou le montage (surtout celui de la bande annonce) et les personnages pouvant faire penser à OSS117. Mise à part les problèmes scénaristiques et le manque d’imagination sur cette adaptation tout de même pour créer une veritable comédie d’action digne de ce nom et le surjeu de certains acteurs, une suite ne serait pas à rejeter si toutefois le film fournirait la dose attendue et que le contenu soit un plus dense. En bref, « Imogène McCarthery » est une petite déception de plus dans le monde du cinéma français malgré une idée plutôt bonne et une ambiance qui se dégage, tout de même très bien, à cause d’un scénario peu recherché et un film au final beaucoup trop léger.

Pour voir la bande annonce, cliquez ici !

.
 

« Iron Man 2″ de Jon Favreau

Iron Man 2

1 étoiles(5/10)

Le monde sait désormais que l’inventeur milliardaire Tony Stark et le super-héros Iron Man ne font qu’un. Malgré la pression du gouvernement, de la presse et du public pour qu’il partage sa technologie avec l’armée, Tony n’est pas disposé à divulguer les secrets de son armure, redoutant que l’information atterrisse dans de mauvaises mains. Avec Pepper Potts et James « Rhodey » Rhodes à ses côtés, Tony va forger de nouvelles alliances et affronter de nouvelles forces toutes-puissantes…Attendu comme l’un des films, des blockbusters les plus forts de cette année 2010, Jon Favreau était attendu au tournant avec cette suite, tout juste deux ans après le premier volet qui avait conquit les critiques pour un film du genre. On se retrouve cette fois-ci dans une situation un peu plus mitigé et moi le premier. Déjà il faut mettre quelque chose à plat : C’est un film sur Tony Stark et non sur Iron Man et on met du temps à le comprendre; on attend longtemps que le film démarre réelement, on reste patient. On se croit sauvés lorsque le passage du rallye de Monaco arrive à l’écran, en première demie-heure et l’on se sent enfin partis pour voir un film qui va bouger, qui va nous fournir notre « dose » d’adrénaline comme un bon film d’action, fantastique, de super-hèros en l’occurence, mais non; la scène se termine et le calme plat reprend; notre patience diminue fortement. Bref, en ce qui concerne le scènario, rien de bien extravagant, on en apprend donc plus sur l’homme (ce qui peut plaire aux fans) et sa vie, ses relations, que sur Iron Man, délaissé (et c’est la que le film peut déçevoir : en s’attendant au film d’action Hollywoodien, à l’image du premier, on se retrouve face à une histoire banale sur la vie de Stark evidemment pimenté de quelques passages qui dépotent pour fournir quand même un minimum). Vous l’aurez compris, ça tourne un peu en rond durant une heure trente pour se cloturer sur un final assez jouissif derrière une bande son d’AC/DC mais précédé d’aucunes menaces. Robert Downey Jr. confirme ses talents d’acteur après « Sherlock Holmes » en Fevrier et par son personnage, drôle et très construit, porte le film sur ses bras et donne beaucoup de relief à un scènario pourtant en mal d’idées, d’originalités; celui-ci faisant parti des films écrit pour remplir des pages entières, de quoi boucler et commencer un tournage au plus vite.  Mickey Rourke, de son côté, campe son rôle de méchant à merveille et procure une sensation quasi-identique à celle que l’on a pu ressentir en voyant Heath Ledger interprêté Le Joker dans « The Dark Knight », avec perfection. Ce qui fait la balance avec Scarlett Johansson, actrice peu habituée à jouer dans de telles productions qui fournit ici le minimum bien que son charme opère, comme toujours mais son personnage n’est, encore une fois, pas assez exploité (une seule scène d’action, très réussie mais courte, ce qui est peu). Pour finir sur le montage, mis à part les creux inévitables dans l’histoire, le film trouve une rythmique comme il peut entre une BO Rock, enchainements et effets spéciaux réussis. En bref, « Iron Man 2″ est une suite décevante pour ceux qui pensait voir un film de super-héros « défonçant tout sur son passage » et peut-être plus interressante pour les fans qui en découvriront plus sur le personnage de Stark. Très mitigé.

Pour voir la bande annonce, cliquez ici !

.
 
12

Navigation


news et infos sur la star s... |
>> Twilight |
SPIRALE |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | tous au ciné
| twilightsagaforyou
| twilight l'amour d'une saga!