Inscription Aller à: [ recherche ] [ menus ] [ contenu ] [ montrer/cacher plus de contenu ]



« Le Chasseur de primes » de Andy Tennant

Le Chasseur de primes

(2.8/10)

Chasseur de primes, Milo Boyd se voit confier la mission de ses rêves : traquer son ex-femme, la journaliste Nicole Hurley, qui s’est soustraite à la justice. Pour lui, c’est un job facile qui va en plus lui donner l’occasion d’en faire baver à son ex – juste retour des choses après ce qu’elle lui a fait au moment de leur séparation… Il n’avait pas prévu que Nicole allait l’entraîner dans la redoutable affaire de meurtre sur laquelle elle enquête. Censé être une comédie d’action, « Le Chasseur de primes » se rêvele juste être un film long et ennuyant. Tout d’abord, l’intrigue met beaucoup de temps à se mettre en place (au moins une vingtaine de minutes) et lorsque l’on pourrait croire que ça va devenir interressant, le film reste d’une platitude monstrueuse et ce, jusqu’à la fin. Allez savoir pourquoi le film m’a fait pensé de temps à autres au succés de l’été dernier « Very Bad Trip », pourtant très bon divertissement, alors que le scénario est trop facile (aucun suspense car on connait tous la fin dès le début), les répliques de même et c’est sans parler de la mise en scéne, on se demanderait même si le tournage n’aurait pas durer qu’une semaine. Plutôt décevant pour le réalisateur de « Hitch ». En ce qui concerne des acteurs et notamment du couple que forme Jennifer Anniston et Gerard Butler, ils sont tout simplement absents, leur couple ne fonctionne pas du tout à l’écran, du moins on y croit pas une seule seconde. En bref, certains classeront « Le Chasseur de primes » en comédie sympatoche d’un samedi soir et d’autres le trouveront totalement à côté de la plaque à tous les étages.

Pour voir la bande annonce, cliquez ici !

 

.
 

« Les Aventures extraordinaires d’Adèle Blanc-Sec » de Luc Besson

Adèle Blanc-Sec

3 étoiles (7.8/10)

En cette année 1912, Adèle Blanc-Sec, jeune journaliste intrépide, est prête à tout pour arriver à ses fins, y compris débarquer en Égypte et se retrouver aux prises avec des momies en tout genre. Au même moment à Paris, c’est la panique ! Un œuf de ptérodactyle, vieux de 136 millions d’années, a mystérieusement éclos sur une étagère du Jardin des Plantes, et l’oiseau sème la terreur dans le ciel de la capitale. Tout juste quatre mois après la sortie du très mauvais  »Arthur et la vengeance de Maltazard », et en attendant le troisième opus pour cet automne, Luc Besson est « dèjà » de retour derrière la camera avec l’adaptation de la BD culte de Jacques Tardi « Adèle Blanc-Sec » et, contrairement à son précédent long-mètrage, on voit une veritable envie de réussir sur ce projet et ne pas que faire de l’argent comme pour Arthur en nous vendant le troisième volet pendant 1h30. Il est vrai, qui ne travaille pas pour faire de l’argent après tout ? Mais on peut le faire bien. Dès le début du film on est portés dans ce Paris de 1912 et on assiste à une présentation de l’histoire et des personnages de la même manière que dans « Le fabuleux destin d’Amelie Poulain », cela permet de poser le ton du film, mystèrieux et drôle à la fois. Adèle Blanc-Sec, magistralement interpretée par Louise Bourgoin, qui tisse enfin sa toile sur le grand écran après des années en miss météo sur « Le Grand Journal » s’en sort avec les honneurs pour son premier veritable grand rôle. C’est elle aussi qui permet la réussite du film, elle est fraiche, joyeuse, aventurière et ne se laisse pas faire et le spectateur s’attache très vite à elle. Comme le synopsis le montre, on suit deux intrigues qui se rejoindront par la suite, et tout fonctionne très bien. L’esthetique et notamment les décors du film sont recherchés et très reussi (ainsi que les costumes). Enfin, rien n’est laissé au hasard et au final, on prend beaucoup de plaisir à suivre cette aventure qui est un mélange d’Indiana Jones et d’Amelie Poulain. On voudrait rester au final avec l’heroine pour nous faire vivre encore de nombreuses aventures extraordinaires. En bref, « Adèle Blanc-Sec » est un film d’aventure adapté d’une BD à succés qui fonctionne grâce à sa justesse dans le scènario, les répliques, la mise en scène et par ses acteurs et plus particulièrement à Louise Bourgoin qui vient de prouver qu’elle a un bel avenir dans le 7ème art. Un très bon Luc Besson.

Pour voir la bande annonce, cliquez ici !

.
 

« L’Immortel » de Richard Berry

L'Immortel

3 étoiles(7.6/10)

Charly Matteï a tourné la page de son passé de hors la loi. Depuis trois ans, il mène une vie paisible et se consacre à sa femme et ses deux enfants. Pourtant, un matin d’hiver, il est laissé pour mort dans le parking du vieux port à Marseille avec 22 balles dans le corps. Contre toute attente, il ne va pas mourir… Après « Moi César… », Richard Berry est de retour derrière la caméra et signe un très, très bon film policier français. Et ceci grâce au départ à un scénario qui tient parfaitement la route mélant passé et présent, mélant drame et scènes de crimes très bien faites. Le montage n’en est pas moins très réussi également. Le spectateur n’est jamais laissé sur le côté de la route pendant 1h55 de projection. La photographie est magnifique, l’image très soignée et chaque plan est très interressant. La réussite du film passe également par les acteurs et notamment Jean Reno qui réalise une performance inégalable et qui nous rapelle qu’il est excellent acteur quand il le veut. J’ai eu cependant un peu plus de mal concernant Kad Merad, je ne pense pas qu’il aurait du avoir sa place au casting; à force de jouer dans des comèdies, il perd de sa credibilité ici, dans un tout autre registre. Les autres acteurs, en pensant à Marina Fois, sont autant bons que leurs personnages sont bien etudiés. En bref, « L’Immortel » est une très grande surprise; un film policier exemplaire avec un scenario efficace, un cadre (marseillais) et une esthétique parfaite ainsi que des acteurs au top.

Pour voir la bande annonce, cliquez ici !

.
 

« Ensemble, nous allons vivre une très, très grande histoire d’amour » de Pascal Thomas

Ensemble, nous allons vivre une très, très grande histoire d'amour...

0  (2.9/10)

Entre Dorothée et Nicolas, c’est le coup de foudre. Ensemble, ils vont vivre une très, très grande histoire d’amour… Ils en sont sûrs, certains. Mais la vie s’ingénie toujours à contrarier les meilleures résolutions, le plus parfait des scénarios et rien ne va se passer comme prévu. Vous me direz que ce genre de scénario a été déjà traité des milliers de fois au cinéma : c’est vrai, mais ici c’est différent. Tout est en décalage, on se trouve impregné dans un cinema burlesque mais intelligent ou tout fonctionne correctement même si Pascal Thomas n’hesite pas à se lacher dans la mise en scène et en faire trop sur certains plans; mais tout cela fait parti du jeu et des objectifs pour plaire au spectateur. La première partie du film est très soignée, belle ou on se laisse porter par la rencontre des deux personnages principaux en pleine campagne très bien interprêtés par Julien Doré, pour son premier rôle au cinéma, et Marina Hands, tout aussi parfaite. On notera l’incroyable jeu de Guillaume Gallienne qui nous fait sourire à plusieures reprises. Malheureusement le long metrage sombre peu à peu et le scénario devient moins « cool » et nous enerve même lorsque l’action se passe à Paris ou peut l’on se dire qu’il fallait finir d’ecrire le scénario la veille du début du tournage, m’enfin. En bref, « Ensemble, nous allons vivre une très, très grande histoire d’amour » est une comédie qui plait par son décalage mais qui souffre d’un scénario tombant peu à peu à plat tout le long du film.

Pour voir la bande annonce, cliquez ici !

.
 

« Remember Me » de Allen Coulter

Remember Me

2 étoiles(6.7/10)

Tyler est un jeune New-yorkais de 22 ans en rébellion contre sa famille et la société suite à un drame familial. Après une altercation avec un policier, il décide de se venger en séduisant la fille de celui-ci. Mais Ally se révèle être une jeune fille fragile et imprévisible dont il va tomber fou amoureux. Ce qui ne devait être qu’une plaisanterie cruelle se transforme vite en une histoire qui les marquera à jamais…Entre rires et larmes, « Remember Me » s’impose comme étant une bonne petite surprise pour ma part contrairement à ce qu’on pensés les nombreux critiques. Le film commence fort, très fort et se termine tout autant. On retiendra dans la mise en scène de très belles choses, de très beaux plans (le film commence et se finit de la même manière, comme ci tout recommencait). L’histoire est belle et émouvante mais cependant, le côté romantique n’est pas assez retranscrit. En revanche, le couple Robert Pattinson et Emilie De Ravin fonctionne à merveille et ses deux acteurs se révèlent être excellents chacun de leur côté. Ce film comporte de nombreux sujets tels que le deuil, le souvenir, l’amour, l’amitié (avec le colocataire de Tyler), la famille, la lacheté, l’enervement et j’en passe. Cela dit, on trouvera une légère platitude au milieu du film mais qui sera rattrapé très vite par une chute très originale à laquelle on ne s’attends pas et qui ne peut que nous toucher nous rappellant ainsi que chaque seconde de la vie est prècieuse. En bref, « Remember Me » est un drame romantique et émouvant révelant deux talents du cinéma de demain. Sortez vos mouchoirs…

Pour voir la bande annonce, cliquez ici !

.
 

« Taxi Driver » de Martin Scorsese

Taxi Driver

4 étoiles(8.8/10)

Vétéran de la Guerre du Vietnam, Travis Bickle est chauffeur de taxi dans la ville de New York. Ses rencontres nocturnes et la violence quotidienne dont il est témoin lui font peu à peu perdre la tête. Il se charge bientôt de délivrer une prostituée mineure de ses souteneurs. Réalisé par Martin Scorsese en 1976, ce « Taxi Driver » fait tout simplement parti des « Chefs d’oeuvre » du cinéma. Le réalisateur nous plonge dans la vie très fermé de Travis, qui en devient même un cauchemar a force de voir les travers de New York la nuit et tout ce qui s’y passe après avoir accepté un travail de chauffeur de taxi afin de fuir ce qui fait qu’il souffre et oublier certaines choses de sa vie. Il découvre peu à peu la perversité des choses, les corruptions qui se rajoutent déjà à la simplicité mais aussi la complexité du personnage : il ne s’exprime pas beaucoup, il est amoureux, il mène une vie simple, il fréquente des cinémas pornos mais il en reste mysterieux et devient de plus en plus difficile à cerner au fil du film : son comportement change, il achète des armes alors que quelques temps auparavant il en refusait lorsqu’on lui en proposait un pour se proteger. Scorsese nous livre des scènes durs notamment celle du client qui affirme vouloir tuer sa femme avec un magnum car elle le trompe ou celle de la prostituée de 12 ans et demi et nous montre, à travers Travis et le grand nombre de Taxis roulant dans un New York très coloré en pleine nuit, le fait qu’il n’est rien, qu’une personne qui a des problèmes parmis tant d’autres. On retrouve des marques très propres au réalisateur : les musiques angoissantes, les mouvements de cameras très accentués etc. En bref, « Taxi Driver » est un tout simplement un chef d’oeuvre du grand Scorsese qu’il faut voir absolument si ce n’est déjà fait.

.
 

« Le Choc des Titans » de Louis Leterrier

Le Choc des Titans

1 étoiles(3.2/10)

Né d’un dieu mais élevé comme un homme, Persée ne peut sauver sa famille des griffes de Hadès, dieu vengeur du monde des Enfers. N’ayant plus rien à perdre, Persée se porte volontaire pour conduire une mission dangereuse et porter un coup fatal à Hadès avant que celui-ci ne s’empare du pouvoir de Zeus et fasse régner l’enfer sur terre. A la tête d’une troupe de guerriers courageux, Persée entreprend un périlleux voyage dans les profondeurs des mondes interdits.  Outre le fait purement commercial surfant sur l’après « Avatar » en rajoutant « l’option » 3D au dernier moment (qui d’ailleurs est très mauvaise) à son film, Louis Leterrier peut déjà être fier d’avoir pousser les portes d’Hollywood (Cf en 2008 déjà grâce a « L’incroyable Hulk »). Mais ca ne suffit pas : il faut écrire et réaliser de bons films. Après, pour ma part, l’échec de la suite des aventures d’Hulk, ce film est tout de même meilleur : il y a de bonnes choses parmis les plus mauvaises à exprimer. Tout d’abord, le côté esthetique du film est assez original, digne d’un bon peplum, des plans sont magnifiques et donnent toute la credibilité du film. Cependant, au niveau de certains effets speciaux, je dis bien certains, il y a quelques soucis, notamment lorsque Persée vole à la fin du film par exemple. Au niveau scénaristique, il est vrai que le film n’est pas très difficile à comprendre et à suivre. On retiendra de bonnes idées avec pas mal d’actions et sans temps morts mais il reste tout de même un peu trop prévisible et simple. En ce qui concerne le hèros, joué par Sam Worthington, récemment plebiscité dans « Avatar », il joue juste son rôle sans laisser paraître une certaine profondeur à son personnage, dommage. A noter également le côté mythologique, qui est tout le sujet du film, est très bien respecté et comme le récent « Percy Jackson » (qui ne s’adresse pas au même public) peut être très profitable à l’apprentissage sur le sujet. Enfin, on ne reprochera quand même pas la belle réalisation et le montage qui sonne juste ou tout s’enchaîne assez bien. En bref, « Le Choc des Titans » restera un peplum parmis tant d’autres moins ou mieux reussis mais qui offre un joli divertissement, m’enfin c’est moindre quand même.

Pour voir la bande annonce, cliquez ici !

.
 

« Cher John » de Lasse Hallstrom

Cher John

2 étoiles (6.8/10)

 Lorsque John Tyree, un soldat des Forces Spéciales en permission, et Savannah Curtis, une étudiante idéaliste, se rencontrent sur une plage, c’est le coup de foudre. Bien qu’appartenant à deux mondes différents, une passion absolue les réunit pendant deux semaines. John repart ensuite en mission et Savannah retourne à l’université, mais ils promettent de s’écrire et à travers leurs lettres enflammées, leur amour ne fait que grandir. Adapté d’un roman, ce film est une histoire d’amour plutôt bien réussi et bien réalisé. La première partie du film est très interressante, ou l’on y voit les deux jeunes héros faire connaissance peu à peu dans une ambiance estivale et de ce fait, très americaine. Ensuite ils se quittent et on assiste, encore une fois, à quelque chose de très original. Cependant, bien que les émotions soient présentes chez le spectateur, la fin du film traîne à arriver. Mais ce n’est pas grave; le sujet du film est si touchant et les acteurs si parfaits que l’on en sort heureux mais nostalgique et on repense longtemps à cette histoire là. En ce qui concerne la realisation, pas grand chose à dire : le cadre est magnifique (donc les décors et tout ce qui va avec), certains plans sont d’une justesse incroyable à nous en faire rêver. En bref, « Cher John » est une adaptation très belle d’une histoire d’amour compliqué et cassée par les obligations de chacun. Un beau film plein de poèsie.

Pour voir la bande annonce, cliquez ici !

.
 

« La robe du soir » de Myriam Aziza

La Robe du soir

0  (2.3/10)

Juliette, 12 ans, timide et mal dans sa peau, voue un véritable culte à son professeur de français, Madame Solenska. Belle quadragénaire souvent provocante, Madame Solenska aime séduire son jeune auditoire : sa classe est son théâtre et ses élèves, ses meilleurs spectateurs. Persuadée d’être son élève préférée, Juliette imagine une relation privilégiée avec cette femme. Mais un jour, en se rendant en cachette chez Madame Solenska, elle en voit sortir Antoine, un élève de sa classe particulièrement beau. Chaque geste, chaque regard de Madame Solenska vers l’adolescent, chaque parole échangée vient alimenter ses soupçons. L’imagination torturée de Juliette s’emballe : pour elle, Madame Solenska et Antoine sont liés par une secrète relation amoureuse… Vu un mois et demi après sa petite sortie nationale et donc après pas mal d’attente, je me retrouve face à un mur. En effet, il y a de bonnes choses mais aussi des mauvaises. De quel côté se placer ? Difficile d’y repondre après la projection. On retiendra en premier lieu le jeu d’acteur très juste de la jeune Alba Gaia Bellugi en pré-adolescente souffrante ayant comme seul modele sa professeur de français qu’elle admire, joué par une Lio que l’on voit rarement, très rarement au cinéma. Cette dernière offre une belle performance et son personnage, qui manque tout de même de profondeur, me fait penser à une professeur de lycée que j’ai moi-même connu, qui est très proche de ses élèves (même si il est vrai qu’ici Helene Solenska est vraiment aux bornes en n’hesitant pas de parler de sexe avec des enfants de 12 ans par exemple), toujours de bonne humeur et très génèreuse. On parle également dans ce film de sujets assez tabous mais forts : la relation entre les profs et ses élèves, quelles sont les limites que ce soit dans le respect ou dans l’admiration d’un enfant pour un enseignant ou vice versa, la douleur d’une jeune fille mal dans sa peau à la veille de sa puberté. On voit peu à peu le personnage de Juliette s’effondrer : elle vole, elle fugue, elle ment et celui de Lio qui prend conscience de ce qu’il se passe à cause d’elle. En revanche, plusieurs élèments clochent dans le métrage : tout d’abord le scènario. En effet, le sujet manque de relief, il aurait pu être traîté un peu plus. Le film, qui dure 1h35, pourrait faire seulement 20 minutes que l’on y verrait la même chose. Des plans ne servent à rien, d’autres sont beaucoup beaucoup trop longs et certaines scènes sont trop saccadés. Dommage. En bref, « La Robe du Soir » est un film qui traite quelque chose de tabou et d’interressant mais pas de la bonne manière.

Pour voir la bande annonce, cliquez ici !

.
 

« Les invités de mon père » de Anne Le Ny

Les Invités de mon père

2 étoiles(5.5/10)

Lucien Paumelle est un medecin retraité et réputé pour son implication dans de nombreuses causes humanitaires. Son engagement le conduit jusqu’au mariage blanc avec une jeune femme moldave, Tatiana, pour lui éviter l’expulsion. Mais ses enfants, Babette et Arnaud, s’aperçoivent rapidement que le comportement de leur père n’a plus grand-chose à voir avec les principes qu’il a toujours prônés et ce sont toutes les relations familiales qui vont être à redéfinir… Après le réussi « Ceux qui restent » en 2007, Anne Le Ny signe ce film plein d’engagements qui demande une remise en question du spectateur sur certains points comme l’immigration, les sans papiers, le racisme par exemple.  Malgrè des longueurs et certains moments ou l’histoire a du mal à avancer, on suit avec plaisir le destin de cette famille qui se casse peu à peu et surtout grâce aux acteurs et leurs performances excellentes : je pense specialement à Fabrice Luchini ou Michel Aumont sans oublier Karin Viard dans un rôle qui lui va comme un gant. En bref, « Les invités de mon père » est un long métrage engagé porté par des acteurs fabuleux mais souffrant d’un scenario parfois sans aucune surprise.

Pour voir la bande annonce, cliquez ici !

.
 
123

Navigation


news et infos sur la star s... |
>> Twilight |
SPIRALE |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | tous au ciné
| twilightsagaforyou
| twilight l'amour d'une saga!